Le MJU réitère son engagement pour la mise en oeuvre d’une «immunité médiatique»

Elza Ritchuelle Boukandou, présidente du MJU

À l’occasion du barbecue de presse organisé ce dimanche 1er octobre, par le Mouvement des Jeunes Upégistes (MJU) à leur siège sis à Nzeng-Ayong dans le 6eme arrondissement de Libreville, honneur a été fait aux médias nationaux et internationaux qui l’accompagnent depuis plus de deux ans.

D’entrée de jeu, la présidente du Mouvement des Jeunes Upégistes et porte-parole de Jean Ping, Elza Ritchuelle Boukandou a planté le décor en rappelant son engagement pour la liberté de la presse au Gabon «ma conviction et celle des miens, est qu’aucune liberté n’est envisageable sans la liberté de la presse.» précisant que ce combat est un héritage du président sortant Anges Kevin Nzigou.

En outre, elle a affirmé que son prédécesseur avait promis qu’à l’occasion de la prochaine législature, nous nous battrons pour la mise en œuvre d’une «immunité médiatique». Cet engagement en faveur des journalistes, la présidente du MJU a tenu à le réitérer.

En août 2016, des événements tragiques ont bouleversé le pays avec des pillages, disparitions et des agressions y compris la destruction des locaux de certains organes de presse audiovisuelle (RTN et TV+) et de la presse écrite (l’Union). C’est consciente de cet acharnement, que la présidente du MJU offre une place de choix aux journalistes dans son combat politique.

Rappelant les sacrifices consentis par les uns et les autres dans un pays où les journalistes sont souvent intimidés et parfois emprisonnés, Elza Ritchuelle Boukandou a indiqué que «notre liberté dépend de votre liberté (…) C’est pourquoi avant de consacrer l’immunité médiatique, j’engagerai le mouvement à assurer une assistance juridique à tout journaliste en danger sur notre territoire»; a-t-elle promis.

Laissez nous votre commentaires