Le ministre de l’Economie reconnaît la baisse des prévisions du taux de croissance

Le vendredi 17 mars dernier à Libreville, le ministre de l’Economie, Régis Immongault a présidé les réunions du Comité monétaire et financier national et du Conseil national du crédit, ceci en présence du nouveau gouverneur de la Banque des Etats d’Afrique centrale, le tchadien Abbas Mahamat Tolli. Cette rencontre était l’occasion  de passer en revue la situation économique, monétaire et financière du Gabon.

Selon les indications de Régis Immongault, les prévisions de la croissance avancées n’ont pas été maintenues à 3,3%. Celle-ci est tombée à 2,1%, un niveau jugé très faible par le gouvernement, qui peine à circonscrire la crise économique que traverse le pays.

En outre, hormis la santé financière des institutions publiques qui a été passée au crible par le Conseil national du crédit, la situation financière des banques nationales appelle à l’optimisme. Le ministre de l’Économie souligne qu’elles «respectent la plupart des ratios prudentiels. Sur les dix banques gabonaises examinées, sept sont totalement dans une situation confortable».

Par ailleurs, concernant les avoirs extérieurs nets du pays, nécessaires à la convertibilité de la monnaie et à la fluidité des échanges avec l’extérieur, le comité monétaire et financier note que ceux-ci poursuivent leur baisse. Ainsi par exemple, à fin septembre 2016, la situation du pays était caractérisée par une baisse de 3,2% de la masse monétaire, une chute de 43,6% des avoirs extérieurs nets alors que le crédit intérieur se raffermissait à 33,8%.

Laissez votre avis