Le ministre de la Justice menace de suspension de fonction et de solde un juge

Francis Nkea, ministre de la Justice, Garde des Sceaux © D.R

Ce mercredi 6 décembre 2017, le Syndicat national des magistrats du Gabon (Synamag), est une nouvelle fois monté au créneau contre les menaces, les ingérences et intimidations dont a été victime un juge d’instruction dans l’exercice de ses fonctions par le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Francis Nkea.

Le ministre de la Justice, homme de droit, ayant une parfaite connaissance des règles de procédure «n’a pas cru bon d’intégrer toutes les récriminations qui lui ont été déjà faites, bravant ainsi l’autorité des lois dans l’impudicité la plus absolue», a regretté Germain Nguema Ella, président du Synamag.

En effet, pour avoir décidé de la mise en liberté provisoire d’un inculpé dans une procédure, un magistrat instructeur aurait subi les affres du ministre de la Justice, qui l’aurait convoqué nuitamment dans ses bureaux afin qu’il lui fournisse «des explications sur les raisons qui ont motivé sa décision».

Une fois dans les locaux du ministère de la justice, le Garde des sceaux ce serait livré à «un interrogatoire humiliant, rabaissant, fulminant, allant jusqu’à l’accuser d’avoir perçu des sommes d’argent en contrepartie de cette mise en liberté», poursuit le président du Synamag.

Comme s’il n’en avait pas déjà fait assez, «à gorge déployée, le ministre n’aurait pas hésité à brandir des menaces de suspension de fonction et de solde allant même jusqu’à exposer le président de la République en prétextant que ce dernier aurait donné des instructions fermes pour que le collègue soit mise aux arrêts». Des menaces, intimidations et immixtions intempestives du pouvoir exécutifs dans le Pouvoir Judiciaire, que les Syndicat des magistrats «dénonce avec la plus grande fermeté.»

Pour conclure, le président du Synamag, a au nom de l’indépendance de la Justice, salué le courage des magistrats qui ont su résister et dénoncer les ingérences et autres pressions dont ils ont fait l’objet.

Laissez votre avis