Le mausolée de Pierre Mamboundou toujours inachevé

Depuis son décès survenu le 15 octobre 2011, tout l’univers de Pierre Mamboundou Mamboundou s’est transformé en ruine. Lui-même reposant dans un mausolée jusqu’ici inachevé alors que son parti politique désormais déchiqueté par des piètres fidèles sans constance politique devient chaque jour un carrefour de moquerie, le vécu du feu Président de l’Union du peuple gabonais (UPG) devient de plus en plus une épopée sans fierté ni compteur, malgré des nombreux disciples qui ne revendiquent sa philosophie que pour se faire aduler par quelques adeptes politiques de la corruption nationale.

Ndéndé brille sous mille feux de développement par des réalisations presque inachevées initiées par Yves Fernand Manfoumbi alors que l’ancien fils-roi, Pierre Mamboundou Mamboundou, partage sa dernière demeure avec des hautes herbes et des bestioles. Les taules censées cacher ce spectacle désolant ne supportent non plus leur rôle derrière une barrière inachevé. De passage, on croirait que les travaux de la sépulture de Mamboundou se poursuivent. Mais en réalité, non. Car plus près, tout est en arrêt. Le chantier est envahi d’herbes. C’est d’ailleurs la demeure des bêtes domestiques.

Pour Patrick Moussodji, «les populations se demandent quotidiennement pourquoi les travaux ont été brusquement interrompus alors que tout marchait normalement. Les employés d’une petite PME qui était chargée de suivre les travaux sont partis du jour au lendemain pour des raisons financières. L’état de la dernière demeure du Président n’honore pas l’image de Ndende. Après tout ce qu’il a fait pour ce pays et ce département, Pierre ne mérite pas ce traitement», a conclu le cinquantenaire.

Le plus triste reste que Pierre Mamboundou Mamboundou a été longtemps maire de la commune de Ndéndé. Et comme Marie Yembit, il a été enterré en face du Conseil Municipal qu’il a servi avec dextérité. Pourtant, même l’actuel maire de la ville est incapable de faire couper l’herbe qui a envahi les sépultures de ces hommes historiques qu’ont connus Ndéndé et le Gabon. Jalousie ou pure volonté de mépriser les morts?

Laissez votre commentaire