dimanche,20 septembre 2020
Accueil Derniers articles Le litre d’essence au Gabon, trois fois plus élevé qu’au Nigeria, en...

Le litre d’essence au Gabon, trois fois plus élevé qu’au Nigeria, en Angola et en Algérie

Bien que généralement il soit constaté que les pays riches ont des prix à la pompe bien plus élevés que les pays plus pauvres et les pays qui produisent et exportent du pétrole, le Gabon semble s’inscrire dans une logique totalement opposée. Et pour cause, malgré un statut de pays producteur et exportateur de pétrole doublé d’un statut officieux de pays pauvre, le Gabon, avec un prix du litre d’essence fixé à 605 FCFA au 26 avril, affiche une mercuriale 3 fois plus élevée que chez la majorité des autres exportateurs africains dont les trois principaux que sont le Nigeria, l’Angola et l’Algérie. 

En effet, alors que le décret n°274/PR/MPH du 21 mai 2015 et l’arrêté n°0017/MEPPDD/MPH du 29 septembre 2017, impose actuellement d’arrimer la chute des prix sur les marchés pétroliers à celle des prix des carburants à la pompe, les autorités gabonaises semblent faire le dos rond. Ainsi, en dépit d’une légère baisse de 80 FCFA début avril sur le prix du litre d’essence, celui-ci reste encore très élevé, puisqu’à 605 FCFA il est plus élevé qu’aux Etats-Unis (349,70 FCFA) et en Russie (366,24 FCFA). 

Mieux, à 605 FCFA le litre d’essence, le Gabon affiche une mercuriale trois (3) fois supérieure à celle du prix moyen des trois principaux pays exportateurs africains que sont le Nigeria, l’Angola et l’Algérie, étant donné que la moyenne dans ces trois pays se situe à moins de 200 FCFA (188 FCFA exactement). Ce paradoxe, un de plus à mettre à l’actif du Gabon, peine à s’expliquer puisque le pays est tout de même le huitième producteur africain lorsqu’il n’est que le 44ème en termes de population. 

Ce statut de pays producteur et exportateur africain, qui ne s’est finalement jamais traduit en réalisation concrète du fait de nombreux maux notamment en termes de gestion et de gouvernance, devrait pourtant aujourd’hui plus que jamais s’affirmer dans un contexte de crise économico-pétrolière. Néanmoins, force est de constater que face à une situation insoutenable pour les populations, et alors même que le prix du baril oscille entre le moins bon et le pire, les autorités gabonaises elles, semblent inflexibles

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Street 103 Gabon Gmt