Le gouvernement interdit pour deux ans les importations de ciment

Dans l’optique de  réguler et assainir le marché du ciment au Gabon, le premier ministre, en collaboration avec les ministères de la Promotion des investissements privés, du Commerce, du Tourisme et de l’Industrie, de l’Économie, de la Prospective et de la Programmation du développement ainsi que celui des Mines, vient de décider, par arrêté de la suspendre pour deux ans les importations de ciment, précise un communiqué parvenu à la rédaction de Gabon Media Time. 

Ledit arrêté interdisant l’importation du ciment intervient après plusieurs mois de travail entre les acteurs du secteur public et du privé. Il vise essentiellement la protection du marché local de cette matière indispensables au BTP. Laquelle protection se traduit par la volonté de valoriser la filière ciment et la protection des investissements ; le maintien des emplois existants et la création d’emplois nouveaux en faveur des travailleurs locaux.

Cette mesure implique en outre, la protection du consommateur, du circuit de distribution et la préservation du pouvoir d’achat des ménages ainsi que la mise en œuvre du programme d’industrialisation.

Le gouvernement indique que «cette mesure temporaire permettra de relancer le tissu industriel de la cimenterie, en conformité avec la politique d’industrialisation du pays.»  Dans ce cadre, un accord de suivi de ces engagements a été signé entre le gouvernement et les producteurs locaux de ciment.

Cet accord définit les engagements en termes d’approvisionnement du marché, de fiabilité du circuit logistique, de prix, de création d’emplois et de mise en œuvre d’un programme d’industrialisation moderne à l’échelle nationale.

En contrepartie, «l’Etat entend exiger des investissements liés aux facilités générées par cette mesure. En cas de violation des obligations inscrites dans l’accord de suivi, le gouvernement se réserve le droit, sans sanctions imposables à son encontre, de surseoir ou d’annuler cette décision»; conclut le communiqué du gouvernement.

Laissez votre commentaire