Le gouvernement en guerre contre le commerce illégal de la faune et de la flore sauvage

Ce mercredi 7 juin le secrétaire général du ministère de l’Economie Forestière, de la Pêche et de l’Environnement, chargé de la Protection et de la gestion des Écosystèmes, Athanase Nthanga Oyougou a ouvert les travaux de l’atelier national d’échange et de formation du projet Africa-Twix sur la lutte contre la criminalité faunique et le trafic illicite des produits forestiers. Cette rencontre entre dans le cadre de la célébration de la semaine nationale de l’Environnement.

Cet atelier a vu la participation des experts du ministère de l’Economie forestière et des acteurs du secteur de la protection de l’environnement, notamment la World wild found (WWF). Pour la directrice de cette ONG, Marthe Mapangou, «cet atelier nous donne l’occasion d’échanger sur l’organisation à mettre en place, la coopération à développer dans le domaine de la lutte contre la criminalité faunique et le trafic illicite des produits forestiers. L’urgence de la question n’est plus à démontrer. Il y a vraiment péril en la demeure».

Ce commerce illégale qui peine à être endiguer demeure une réel préoccupation pour les pouvoirs publics. Pour les experts, cette situation est due à la faible communication et le manque d’échange d’informations entre les pays d’Afrique centrale sur les mouvements des personnes et des biens, en particulier les produits de la faune, à leurs points d’entrées et de sorties​.

C’est pour répondre efficacement à cette problématique que le Traffic, la WWF et d’autres partenaires dont la Comifac ont développé le Projet Africa-Twix qui a pour objectif de promouvoir la réduction du commerce illicite de la faune et de la flore sauvage par une amélioration des échanges d’informations à travers la mise en œuvre d’une plateforme internet baptisée «Africa-Twix», (Trade in wildlife information eXchange).

«Notre souhait est que la rencontre d’aujourd’hui constitue le début d’une prise de conscience collective et universelle. Elle doit pour cela dégager des propositions d’actions concertées pour la mobilisation de l’opinion publique internationale afin de soutenir cette lutte que nous menons au nom de l’humanité», a souligné Athanase Nthanga Oyougou.

Laissez votre avis