Le gouvernement diligente une mission de contrôle dans les pompes funèbres

© Gabonactu

Le scandale largement relayé  par la presse locale et sur les réseaux sociaux, le 16 mars dernier, impliquant la Compagnie africaine de sépulture du Gabon (Casep-Ga) n’a pas laissé le gouvernement indifférent. Accusé du mauvais traitement des dépouilles, dont ils avaient la charge, la maison de pompe funèbre devra s’expliquer sur cette situation qui a bouleversé l’opinion.  

Des images de corps en décomposition, posés à même le sol. C’est l’horrible constat qu’avait pu faire plusieurs parents qui avaient confié leurs défunts à Casep-Ga. Un scandale qui a vite fait réagir  les pouvoirs publics qui dès ce lundi 19 mars 2018, ont dépêché l’Institut d’hygiène publique pour procéder à un contrôle de cet établissement, mais aussi de plusieurs autres exerçant cette activité.

Cette opération qui s’étalera sur une semaine, aura pour objectif de vérifier les conditions de conservation des morts dans les différentes pompes funèbres que compte la capitale, après le scandale lié à la  décomposition des corps qui a éclaté en fin de semaine dernière à la Casep-Ga, rapporte Gabonactu.

Pour rappel, plusieurs familles avaient fait le triste constat de l’état de décomposition avancé de leurs proches à Casep-Ga. Une situation qui a amené les responsables de cette structure à reconnaître l’état d’obsolescence des ses chambres froides.