Le gouvernement crée une nouvelle Agence nationale de la préservation de la nature

Réuni le vendredi 10 mars dernier, le Conseil des ministres a entériné le projet de décret portant création et organisation de l’Agence nationale de la préservation de la nature. Cette nouvelle agence aura pour but d’exécuter la politique du Gouvernement en matière de connaissance, de protection, de gestion et de valorisation de la biodiversité.

La future Agence nationale de la préservation de la nature (ANPN) devrait donc voir le jour à l’heure où le Gabon traverse une crise économique sans pareil. Entre crise économique, politique et sociale, l’Etat gabonais a déjà du mal à sortir la tête de l’eau. A quoi va donc servir cette agence si le gouvernement oeuvre pour la baisse de la masse salariale et quid  l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN)  qui assure depuis 2002 la protection et la valorisation de la biodiversité?

Aux termes du communiqué final du Conseil des ministre est «un établissement public à caractère scientifique et environnemental, dotée de la personnalité juridique et de l’autonomie administrative et financière». Elle comprendra ainsi, un comité de gestion, une direction générale, une agence comptable, un comité scientifique et des comités consultatifs. Des moyens importants seront donc dégagés pour le fonctionnement de cette agence qui dans le fond cumulera les mêmes missions que l’Agence dirigée par Lee White.

Alors que de nombreux secteurs d’activités sont en crise et ont quasiment touché le fond, pourquoi deux agences pour le même objectif? Pourtant les autorités auraient pu tout simplement élargir à l’Agence nationale des parcs nationaux les missions et le rôle de cette nouvelle ANPN.  

Interrogée sur la création de l’Agence nationale de la préservation de la nature une fonctionnaire du ministère de l’Economie forestière, de la pêche et de l’environnement, chargée de la protection et de gestion des écosystème nous répond : « certains n’ont finalement pas encore compris, que ce pays n’a pour le moment pas besoin de ce genre d’idée ingénieuse tant que les problématiques liées à la vie quotidienne, c’est-à-dire de santé, d’éducation, de l’accès à l’eau et l’électricité, les routes… etc ne sont pas résolues.» Allez-y comprendre.

Laissez votre avis