Le Gabon reçoit 46,5 milliards de l’UE pour améliorer la gestion Parcs nationaux

© D.R

Mercredi 18 avril 2018 dernier, à Libreville, l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) et l’Union Européenne (UE), ont signé un protocole d’accord visant à accentuer la préservation de la biodiversité et des écosystèmes fragiles en Afrique centrale (ECOFAC). Le présent accord a été paraphé en marge de la 1ère session du comité de suivi régional.

L’économie verte, enjeu majeur pour les pays d’Afrique centrale du fait de l’importance de leur biodiversité, mais aussi pour le monde en matière de protection de l’environnement, est au centre des débats de la première session du Comité de suivi régional qui se tient à Libreville. Cette rencontre qui voit la participation de représentants de l’UE, est l’occasion pour ces derniers de réaffirmer leur soutien et leur engagement totale en faveur du programme ECOFAC VI.

Le représentant de l’UE au Gabon, Helmut Kulitz a d’ailleurs déclaré que « la vision de cette première session est de discuter des aspects opérationnels pour permettre l’atteinte des résultats escomptés ».  Conscient de l’enjeu, il a ensuite ajouté que « la protection des aires naturelles source d’oxygène, de la biodiversité, des espèces et des culture locales menacées, constitue une priorité pour nous tous ».

Le Gabon qui compte 13 parcs nationaux est donc le centre gravité de ce programme, d’où l’importance de l’enveloppe alloué par l’UE. Ce financement de 46,5 milliards de Fcfa, qui intervient dans le cadre de Programme indicatif régional (PIR) 2014-2020, du 11ème Fonds européen de développement (FED), devrait donc permettre à l’ANPN d’améliorer la gestion des parcs nationaux d’une part, mais aussi de dynamiser un secteur touristique à la peine.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire