Le Gabon condamné à payer plus de 760 millions au cabinet Bryan & Cave

Les membres du Gouvernement en Conseil des ministres présidé par Ali Bongo Ondimba © D.R

Alors qu’il avait introduit une demande à la cour d’arbitrage du District of Columbia à Washington en vue d’entamer « une ordonnance de jugement contre la République gabonaise », le cabinet Bryan Cave & Associés vient d’obtenir gain de cause. La justice américaine ayant ordonné à l’État gabonais de s’acquitter de la modique somme de 1,25 million de dollars soit un peu plus de 760 millions de FCFA. 

Sollicité par l’État gabonais pour une mission de Lobbying auprès de hauts responsables américains en 2016, le cabinet d’avocats américain « Bryan Cave & Associés » n’avait à l’époque pas reçu sa contre partie financière. Suite au non paiement de ses honoraires, ledit cabinet avait saisi la cour d’arbitrage du District of Columbia à Washington en mai dernier. 

Suite à cette saisine, ladite cour avait alors fait parvenir à l’ancien ministre gabonais des Affaires étrangères Abdu Razzaq Guy Kambogo, un courrier dans lequel elle indiquait expressément « si vous ne répondez pas, un jugement par défaut peut être prononcé contre vous conformément à la requête contenue dans la plainte. Vous devez également déposer votre réponse ou votre requête auprès du tribunal ». 

Résultat, la demande qui avait été Introduite en vue d’entamer la rédaction d’un « jugement » condamnant  la République gabonaise, a trouvé un écho favorable auprès de la justice américaine. L’Etat Gabonais devra donc débourser la somme de 1,250 million de dollars soit environ 760 millions de FCFA, au profit de ce cabinet en guise de compensation. 

Si ce jugement paraît anodin au regard de la somme à payer et des moyens dont dispose le Gabon, ils vient souligner une fois de plus les difficultés du Gabon en ce qui concerne l’assainissement du climat des affaires. Pis, il vient confirmer les données de la Banque mondiale, qui dans son classement Doing Business, soulignait les difficultés du Gabon matière d’exécution des contrats. 

Laissez votre commentaire