Le Gabon à la 29ème réunion du bureau de la CMAE à Rabat

© D.R

Ce mardi avait lieu à Rabat au Maroc, la 29e réunion du bureau de la 16e Conférence ministérielle africaine de l’environnement (CMAE). Le but de la réunion, était de faire le point sur l’état d’avancement des décisions prises lors de 16e Conférence ministérielle africaine de l’environnement, et de donner les orientations nécessaires pour leur mise en œuvre.

Co-organisée par le Secrétariat d’État marocain chargé du Développement durable et le Programme des Nations-Unies pour l’environnement (PNUE), la réunion s’est déroulée en présence des ministres chargés de l’environnement des pays membres du Bureau. Ce sont donc les ministres de l’environnement du Gabon, de la Côte d’Ivoire, de l’Éthiopie, de l’Afrique du Sud, du Maroc, ainsi que des représentants de l’Union Africaine et du Bureau régional pour l’Afrique du PNUE qui étaient présent.

L’objectif de la réunion était de débattre de la contribution de la CMAE aux prochains grands événements internationaux en matière d’environnement et de développement durable. Il a donc été question de la 14e Conférence des parties à la convention sur la diversité biologique (COP14) et la COP 24 sur les changements climatiques. Les ministres ont donc eu l’occasion d’harmoniser et coordonner leurs chronogrammes en vue des échéances à venir. Pacôme Moubelet Boubeya, a ainsi appelé les gouvernements et les départements concernés à « unir leurs efforts afin de protéger l’intérêt et les priorités du continent africain et à mettre en place des solutions à même de faire face aux défis environnementaux du continent. »

Créée en 1985 au Caire, la CMAE a pour rôle de fournir un leadership à l’échelle africaine, en favorisant la sensibilisation et le consensus sur les questions mondiales et régionales en matière d’environnement et de développement durable. Elle guide les représentants africains dans les négociations des accords environnementaux internationaux, et promeut la participation africaine dans le dialogue international sur les enjeux mondiaux.

Laissez votre commentaire