jeudi,29 octobre 2020
Accueil A La Une Le Gabon 35ème en matière d’infrastructures de transport en Afrique en 2018

Le Gabon 35ème en matière d’infrastructures de transport en Afrique en 2018

Dans son rapport sur le développement des infrastructures en Afrique publié en décembre dernier, la Banque africaine de développement (BAD) a souligné les pays les mieux et les moins bien lotis en matière d’infrastructures. Ainsi, malgré un classement globalement satisfaisant avec une 11ème place, en matière d’infrastructures de transport, le Gabon est largement à la traîne comme en témoigne sa 35ème place.

Prenant en compte quatre domaines précis à savoir le transport, l’électricité, les Technologies de l’Information et de la Communication mais aussi l’eau et l’assainissement, le rapport de la Banque Africaine de Développement (BAD) sur le développement des infrastructures en Afrique, révèle les progrès de certains pays en la matière, mais aussi les disparités entre zones régionales.

En effet, région la moins bien lotie en matière de développement des infrastructures, l’Afrique centrale est à la traîne. Ainsi, le Gabon bien que 11ème et premier pays d’Afrique noire francophone à l’indice global, n’est que 35ème en matière d’infrastructures de transport en 2018. Occupant déjà cette position en 2016 et 2017, le pays a même vu son indice se détériorer au cours des deux dernières années passant de 4,17 en 2016, à 3,93 en 2018.

Prenant en compte les routes bitumées (pierres concassées, agents bitumineux, béton ou pavés) en km par 10000 habitants, mais également la densité du réseau routier par km² de superficie exploitée, l’indice composite de transport élaboré par la BAD, place une fois encore le Gabon loin devant ses voisins d’Afrique centrale que sont la RCA (39ème), la Guinée Equatoriale (41ème), le Cameroun (42ème), le Congo (44ème) et le Tchad (52ème).

Néanmoins, si l’indice de transport de la BAD place le Gabon devant le Sénégal par exemple, il n’élude pas la question de la qualité du réseau routier gabonais. En piteux état par endroit, celui-ci pourrait pourtant être une référence dans la sous-région au regard des sommes qui lui sont allouées annuellement. Une réflexion devrait donc être menée dans ce sens, afin de combler ce déficit à l’échelle nationale, et mettre pleinement le pays sur la voie de l’émergence africaine.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion