Le FPF qualifie d’anti-républicain l’intrusion des pro Ping à l’Ambassade du Gabon en France

Jules Esdras Mouhouloulou (à gauche), Coordonnateur général du FPF © D.R

Jules Esdras Mouhouloulou, le Coordonnateur général du mouvement politique le Front patriotique des ferrailleurs (FPF), a au cours de la Conférence de presse tenue ce samedi 2 juin 2018, au siège dudit mouvement sis à Nzeng-Ayong Chantier Moderne, dénoncé l’irruption de la diaspora pro Ping au sein de l’Ambassade du Gabon en France. Un acte que ce dernier a qualifié d’anti-démocratique.

Le Coordonnateur général du FPF, Jules Esdras Mouhouloulou, a dénoncé ce samedi après-midi, lors d’une conférence de presse, l’acte posé le 1er juin dernier par certains membres de la diaspora gabonaise de France. «Le Front patriotique des ferrailleurs condamne avec véhémence et fermeté cet agissement ignominieux à l’actif des partisans de Jean Ping, tel qu’ils s’en prévalent, lequel candidat a été malheureux  à l’élection présidentielle d’août 2016», a t-il indiqué.

Pour rappel, le jeudi dernier, une vidéo a été postée sur les réseaux sociaux, montrant les membres de la diaspora gabonaise à l’Ambassade du Gabon en France. Ces derniers, ont remplacé sur le mur de cette institution, le portrait officiel d’Ali Bongo Ondimba, par celui de Jean Ping, tout en scandant des chants de victoires en l’honneur de ce dernier.

Une action jugée irrespectueuse et qualifiée d’anti-républicaine par le Coordonnateur général du Front patriotique des ferrailleurs. «Cette frange de gabonais qui a assiégé l’ambassade du Gabon de façon avilissante, était en mal de sensation. Laquelle diaspora, s’est illustrée de façon spartiate, rocambolesque avec brio à la limite d’une hystérie perceptible. Ce groupuscule de renégats obscurs individus obnubilés par le divisionnisme et le chaos, pose de tels actes irrationnels, à la limite de la déraison», a déclaré Jules Esdras Mouhouloulou.

Ce dernier, a par la suite invité le gouvernement de la République gabonaise à prendre toutes les dispositions nécessaires en vue de la restauration de l’autorité de l’Etat.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire