Le droit dans tous ses états au coeur du symposium juridique de Libreville

© D.R

Ce jeudi 23 novembre 2017 à BGFI Business School (BBS) sis au centre-ville, le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet a procédé à l’ouverture officielle des travaux du Symposium juridique qui se sont tennus à Libreville à l’initiative de la Fondation Raponda Walker pour la Science et la Culture. Cette rencontre qui est à sa 3ème édition a pour objectif de réfléchir sur l’évolution du droit en Afrique.

Co-organisé par la Fondation Raponda Walker et la Fondation BGFI, cette biennale de la science juridique aura pour thème «le droit dans tous ses états» a réuni durant deux jours de nombreux juristes, universitaires et praticiens, mais aussi des spécialistes d’autres sciences sociales. Il s’est agit d’exposer et de débattre sur de nombreuses questions liées au droit.

Répartie en 7 thématiques, la rencontre qui s’est déroulé jusqu’à ce vendredi 24 novembre 2017, a vu l’intervention de 39 participants dont 23 étrangers venant des universités de Paris et Montpellier en France; du Burkina Faso; du Bénin; du Cameroun et du Sénégal. Le Gabon n’a pas été en reste puisqu’il verra intervenir 16 participants issus de l’université Omar Bongo (UOB) et du Centre national de la recherche scientifique et technologique.

«La révision annoncée de la Constitution à l’issue du dialogue politique, constitue une excellente opportunité pour davantage expliquer la pertinence de la modernisation en cours du cadre législatif et constitutionnel de notre pays pour conforter l’Etat de droit et la démocratie»; a noté le parrain de cette événement, le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet au moment de l’ouverture du symposium juridique de Libreville.

Au titre des sujets qui seront abordés durant ce symposium, les conférenciers discuteront par exemple de thème tel que  «A quoi sert le droit dans la société africaine contemporaine» présenté par Salif Yonaba de l’université de Ouaga ou «la haine du droit dans tous ses états» qui sera développé par le président de la Fondation Raponda Walker, Guy Rossatanga-Rignault. Ou encore «Les leçons du juge constitutionnel en Afrique», qui sera présenté par Stéphane BOLLE, de l’Université Paul Valéry-Montpellier III. 

Laissez votre commentaire