Le développement du Woleu au coeur d’une journée de réflexion organisée par l’AJEV

© D.R

Dans le cadre de la promotion de ses activités à l’intérieur du pays, l’Association des jeunes émergents volontaires (Ajev), a organisé le samedi 16 juin dernier, à Oyem dans la province du Woleu-Ntem une journée de réflexion placée sous le thème «contribution des mouvements associatifs au développement intégré du département du Woleu». Cet événement avait pour objectif d’impliquer les citoyens et plus particulièrement les mouvements associatifs dans le développement socioéconomique de ce département.

C’est en présence du gouverneur de la province du Woleu-Ntem, Jean Gustave Meviane M’Obiang, du membre d’honneur Renaud Allogho Akoue, du représentant exécutif de la Plateforme AJEV à Oyem Simon Essono et du Coordinateur provincial de ce mouvement, Tony Ondo Mba, que s’est ouvert cette journée de réflexion. Une occasion pour les ressortissants du Woleu de débattre du développement de cette partie du pays.

Ainsi, lors de cette journée, qui a connu un grand engouement, plusieurs thématiques ont été abordées, notamment l’autonomisation des jeunes par le financement des activités génératrices de revenus, la diversification de l’économie, l’éducation, la santé et bien d’autres sujets en rapport avec l’essor de la province septentrionale.

Au delà de l’ensemble de ces thèmes d’autres sujets de société ont également été évoqués, tel que le phénomène de consommation de drogue chez les jeunes qui tend à se développer de manière inquiétante sur l’ensemble du pays. «Cette journée a été l’occasion pour nous de sensibiliser nos jeunes sur les méfaits de la consommation des drogues. Nous sommes convaincus que la jeunesse oyémoise doit jouer sa partition en apportant sa pierre à l’édifice, en vue du développement de notre pays le Gabon», a souligné Renaud Allogho Akoue.

En outre, l’ensemble des participants à ces échanges se sont félicités de l’organisation de cette manifestation qui participe de manière efficiente à la politique d’action souhaitée par le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba.

Laissez votre commentaire