Le Congo annexe un village gabonais à la barbe des autorités

Photo illustrative © D.R

Que se passe t-il au village Youkou dans le département de la Zadié (Ogooué-Ivindo)? C’est la question qu’on se pose au sein de l’opinion après les révélation de l’hebdomadaire Le Mbandja. Selon ce dernier cette petite bourgade, riche en or et plusieurs autres minerais aurait été annexée par des militaires congolais depuis plusieurs mois. Une situation qui serait connu des autorités gabonaises, qui auraient choisi de ne pas ébruiter cette affaire aussi rocambolesque que incomprehensible.

Selon les informations relayées par nos confrères, des dizaines de rapports ont été établis depuis 2015 par l’ancien gendarme retraité Max Mboulambandè, mais rien ne semble avoir bougé depuis lors. Dans ce village faisant pourtant parti du territoire gabonais, le drapeau congolais flotte allègrement et un contingent armé de kalachnikov de seulement 6 hommes monte la garde de jour comme de nuit.

«Il y a quelques années encore, la commission en charge des frontières et logée au ministère de l’Intérieur avait rassuré le peuple gabonais à travers les médias que Youkou est bel bien en territoire gabonais et que cela ne souffrait d’aucune ambiguïté (…) nous sommes tombés de nues en voyant le contraire de ce qui avait été annoncé sans sourciller par nos experts des frontières», relate nos confrères.

Dans cette zone aurifère, des orpailleurs congolais et même chinois s’attelleraint à extraire le précieux métal et après ce travail minutieux  «un hélicoptère frappé aux couleurs de l’armée congolaise» viendrait récupérer le produit. «Du nombre de kilogrammes déjà extraits, nous ne saurions vous dire avec exactitude combien se trouvaient dans une baraque gardée par un soldat à la mine patibulaire», indiquent l’hebdomadaire.

Par ailleurs, selon Le Mbandja, l’or de Youkou, officiellement en territoire gabonais, serait la propriété exclusive de Junior Bongo Ondimba, le demi-frère d’Ali Bongo, cette attitude serait soutenu d’après certaine indiscrétion par le pouvoir de Brazzaville. L’un des militaires en faction dans ce village n’aurait d’ailleurs pas manqué de traiter l’armée gabonaise de pas très courageuse puisque selon lui, elle serait incapable de riposter à cette annexion.

Laissez votre commentaire