Le Complexe scolaire Caliti’s au bord de l’asphyxie

Les élèves de Caliti's exigent le retour des professeurs © D.R

La situation qui prévaut au sein du secteur éducation ne semble pas épargner les établissements privés. C’est le cas du Complexe scolaire Caliti’s qui est confronté à des d’énormes difficultés financières, qui entravent la reprise effective des cours depuis le début du deuxième trimestre de cette année scolaire 2017-2018. Les enseignants ayant refusé de reprendre le chemin des salles de classe, faute de paiement de leurs salaires.

Cet établissement privée qui dispose de quatre sites dont trois à Libreville, au PK9 et aux Charbonnages, et un  à Owendo dans la cité Octra, est confronté depuis plusieurs mois à des difficultés financières. Certaines sources pointant du doigt la mauvaise gestion de l’équipe dirigeante. Cette situation a d’ailleurs conduit à la fermeture du site d’Ambowé pour impayés de loyers. Pis, les enseignants exerçant au sein dudit établissement cumulent aujourd’hui 4 mois de salaires impayés.

Selon les indiscrétions des agents, c’est le directeur du Complexe scolaire Caliti’s, Fabrice Mabika qui s’illustrerait par une gestion peu orthodoxe de la manne financière engrangé par l’établissement. «Les fonds de l’école sont utilisés à des fins personnels. C’est pour cette raison que l’établissement n’est pas en mesure de payer les enseignants. Ce comportement est irresponsable et terni l’image de l’école», s’est insurgé un enseignant.

Du côté des parents d’élèves, c’est l’incompréhension totale, alors que ces derniers s’acquittent mensuellement de la scolarité de leurs enfants l’école, elle, ne verse pas de salaires aux enseignants. Les élèves sont d’ailleurs montés au créneau pour dénoncer cette situation qui n’a que trop durée et qui met en péril leur avenir. Ils ont entrepris un mouvement d’humeur au sein des différents sites de l’etablissement pour exiger le retour des professeurs.

Cette situation qui prive des centaines d’enfants de cours devrait interpeller le ministère de l’Education nationale et plus précisément l’inspection générale des services, afin de mettre de l’ordre dans la gestion de ces établissements qu’elle agrémente.

Laissez votre commentaire