vendredi,10 juillet 2020
Accueil A La Une Le commerce intra-africain et l’industrialisation, pistes privilégiées pour aider l’Afrique subsaharienne

Le commerce intra-africain et l’industrialisation, pistes privilégiées pour aider l’Afrique subsaharienne

Malgré les prévisions peu optimistes de nombreux organismes internationaux notamment le Fonds monétaire international (FMI) et la Commission économique pour l’Afrique (CEA), le continent africain aura une belle carte à jouer au plus fort de cette crise. Et pour cause, les pays africains auront l’occasion de redéfinir un « nouvel ordre mondial » comme l’a suggéré le président sénégalais Macky Sall, en définissant les contours d’un commerce intra-africain d’envergure.

Global Media Time Gifpx

En 2016 au sortir d’une crise pétrolière qui avait déjà bouleversé l’économie africaine, certaines voix dont celle de Carlos Lopes ex-secrétaire général adjoint de l’ONU et secrétaire général de la commission économique pour l’Afrique des Nations Unies (CEA), s’étaient déjà élevées pour réclamer « l’industrialisation du continent ». Quatre années et une pandémie de Covid-19 plus tard, l’Afrique notamment subsaharienne n’a pour ainsi dire pas appris de ses erreurs.

En effet, toujours fortement dépendante de la rente tirée des matières premières et surtout de l’aide extérieure à l’image du Gabon qui s’accroche à une hypothétique annulation de sa dette, le continent principalement dans sa partie subsaharienne est une nouvelle fois au pied du mur. Avec une récession confirmée par la Banque mondiale dans son rapport « Africa’s Pulse 2020 » et des dépenses de santé colossales à venir pour faire face à la pandémie, l’Afrique devra totalement repenser son modèle économique.

Dans ce contexte, les partenaires techniques et financiers notamment la Banque mondiale, appellent à préserver voire libéraliser le commerce intra-africain en vue de mutualiser les stocks et les productions des uns et des autres. Avec une Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) dont l’opérationnalisation reste à définir, cette recommandation de la BM pourrait accélérer un processus enclenché par la ratification des 54 pays africains.

Ainsi, alors que l’Europe, l’Amérique et la Chine resteront sans doute fermés pendant encore quelques mois du fait du Coronavirus, l’Afrique devrait privilégier un commerce intra-africain, qui selon Philippe Le Houérou directeur général de la Société financière internationale « pourrait augmenter de 52 % dans les années qui viennent ». Par ailleurs, en plus de favoriser la mutualisation des efforts, ce commerce intra africain offrirait plus de marge de manoeuvre à un continent qui doit impérativement s’industrialiser.

Laissez votre commentaire

Mouss Gmt
Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Agasa Pub Pavé Portrait Agence Gabonaise de Sécurité Alimentaire
Street 103 Gabon Gmt