Le chef de quartier Avea 3 lance la chasse aux braqueurs

Une vue du quartier Avea III © D.R

C’est par le biais d’une lettre publiée et affichée sur plusieurs murs du quartier Avea que le Chef dudit quartier, Théophile Massala, a déclaré la chasse aux braqueurs de sa circonscription administrative, se plaignant du «vol à la tire, récurrence des braquages aux armes blanches et menaces d’agression à la personne du collectif des jeunes et aux représentants du chef du quartier». Écrit pour attirer l’attention de la direction générale de la police judiciaire, c’est finalement les menaces des «goudronniers» que le Chef du quartier et les siens récoltent un peu plus chaque jour.

La question de l’insécurité grandissante dans la capitale gabonaise semble causer plus de torts aux populations qu’elle n’intéresse les autorités politiques et administratives. Encore que pour les agents de forces de sécurité et de défense très préoccupés  par les infractions au Code de la route, notamment celles commises par les chauffeurs de taxi, sont très loin d’être intéressés par cette situation

En effet, après avoir enregistré des vols de tous genres et des plaintes quotidiennes des riverains et parfois des simples passants, victimes de braquages de jours comme de nuits à répétition, le Chef du Quartier Avea 3, Massala Théophile a réuni ses adjoints Magneke Pascal et Peme Fidèle en présence du Collectif des jeunes dudit quartier pour prendre des mesures fortes afin de stopper ce fléau. La réunion a eu lieu le dimanche 14 janvier dernier au domicile du chef.

«Au sortir de cette réunion, les délinquants étaient aux abords de la voie, proférant des menaces de tout genre telles que police bangando, il faut marcher avec les armes, on se laissera pas faire, on va blesser et vous ne ferez rien.’’ Une femme Ouest-africaine venait d’ailleurs de se faire dépouiller son sac contenant 350 0000F. C’est une situation qui menace la quiétude de notre quartier et qui expose mes populations», a confié le Chef du quartier dans sa note.


Parmi les délinquants les plus reconnus de cet espace, le Chef du quartier et les siens ont identifié un certain Kerwine, plus connu sous le pseudonyme de Kéké ou Zabaletta. «spécialiste de la bouteille cassée aux prises de clé 14 et balayage. C’est d’ailleurs un ancien détenu de la Prison Centrale de Libreville à deux reprises  au cours de l’année 2017», a signifié Massala Théophile.

Par cette note, Massala Théophile souhaite que les agents des forces de l’ordre et de sécurité qui ont juré de veiller sur les biens et les personnes interviennent afin de faire reculer le fléau qui va grandissant dans tous les quartiers de Libreville et ses environs.

Laissez votre commentaire