Le CEP n’a pas été boycotté

Le mouvement de boycott lancé en solidarité à Marcel Libama, consistant à conditionner la participation des enseignants aux examens de fin d’année à sa libération, lancé par la dynamique Unitaire le samedi 14 juin dernier, n’a pas été respecté. Dans plusieurs établissements de la capitale, le certificat d’étude primaire (CEP), s’est déroulé sans perturbation.

C’est le constat qui nous a été donné de faire, ce matin dans quelques établissements de la capitale.  A l’école publique d’Okala ou à celle Dragages, les candidats à cet examen de fin de cycle primaire étaient en pleine composition de l’épreuve de mathématique à 8h, et les enseignants affectés aux différentes commissions liées étaient aussi sur les lieux.

Interrogeant Nicole Bivigou présidente du centre d’examen de l’école publique d’Okala, elle affirme que «nous sommes au deuxième jour, donc au dernier jour pour de l’examen de Cep, les épreuves se déroulent bien, et les enseignants affectés ici sont présents»; a-t-elle déclaré.

En marge,  du déroulement des épreuves, Yann Mounguengui élève de 12 ans, qui a composé à l’école publique d’Okala, nous a lui aussi rassuré du bon déroulement des examens :  «depuis hier, tout se passe bien, les maîtres sont là, ils sont venus hier et aujourd’hui»; a-t-il précisé. 

Un constat qui indiquant ainsi que le boycott de cette première étape des examens n’a pas été effectif,. Qu’en sera t-il de la suite des autres examens avenirs ? Nous y reviendrons.

Laissez votre avis