Le Câble sous-marin ACE au centre d’une réunion technique internationale à Libreville

Libreville accueille depuis le 16 octobre courant, et ce jusqu’au 20 octobre prochain une réunion du Sous-Comité «Opération & Maintenance» du Consortium de Câble sous-marin ACE. Cette rencontre qui réunit 33 participants en provenance de 18 pays traite des questions liées au financement des activités et l’élaboration  du budget de l’année 2018, ainsi que  la maintenance du système de câble sous-marin.

Gilbert Nkima, le Directeur général adjoint de la  Société de Patrimoine des Infrastructures Numériques (SPIN) a d’entrée indiqué que cette réunion vise à réunir les membres du consortium, avant d’ajouter que «Les relations entre le Gabon et le consortium de câble sous-marin ACE sont au beau fixe, nous en voulons pour preuve qu’il s’agit aujourd’hui de la deuxième réunion d’un Sous-Comité dudit Consortium qui se tient à Libreville après celle de l’année dernière. Le rôle du Consortium est de gérer l’exploitation du câble sous-marin ACE afin qu’il atteigne ses objectifs de réduction de la fracture numérique dans les pays couverts, notamment en fournissant des services de communications internationales fiables et accessibles. Au Gabon, les droits et obligations concernant ce câble sous-marin sont détenus par notre filiale ACE Gabon».

Des propos confortés  par Gildas Martial Houessinon, représentant béninois, et vice-président du Sous-Comité «Opération & Maintenance» du Consortium de Câble sous-marin ACE qui estime que  «C’est l’occasion pour nous de travailler sur le budget d’exécution de 2017, de préparer celui de 2018 et de passer en revue les éléments qui ont été actés lors du dernier comité de direction. Il s’agit donc d’une réunion préparatoire au comité de gestion qui aura lieu en décembre prochain au Benin. Le sous-comité O&M a la responsabilité de garder opérationnel ce qui a été mis en place par le câble ACE. C’est la structure qui, entre autres, gère la relation avec les fournisseurs impliqués dans l’exploitation de ce câble sous-marin, à l’instar de 2OCMA et Alcatel Sub-Marine avec lesquels nous nous entretiendront dans le cadre de ces travaux à Libreville».

Conformément aux objectifs du Plan Sectoriel «Gabon Numérique», composante du Plan Stratégique Gabon Émergent, l’État Gabonais a consenti des efforts importants pour se doter d’infrastructures numériques de rang mondial. Tout cela dans le souci de profiter au maximum des opportunités liées au numérique dans notre pays. Dans cette optique, Marlon Franck Olandou, représentant de l’opérateur Axione Gabon  a signifié que «le câble ACE permet d’améliorer significativement l’accès à la connexion aux populations gabonaises, et de réduire la fracture numérique, notamment entre le Gabon et le reste du monde. Il apporte au pays de nouveaux services à valeur ajoutée, tels que la télémédecine, la télévente et le développement d’une économie du numérique. La plateforme ACE ouvre également des perspectives aux jeunes Gabonais, notamment en termes d’emplois. C’est à ce câble que l’on doit la réduction du coût de la connexion Internet au Gabon ».

Prévue s’achever le 20 octobre prochain, cette  deuxième réunion technique du genre qui se tient en terre gabonaise vient conforter les missions  de la Société de Patrimoine des Infrastructures Numériques (SPIN) créée en juin 2012 qui  a pour objet au nom et pour le compte de l’Etat, de détenir et de gérer ses actifs dans le secteur des Télécommunications et de l’Économie Numérique, ainsi que d’entreprendre sur le territoire national ou à l’étranger, seule ou en association, toute activité liée au secteur des Télécommunications et de l’Économie Numérique.

Laissez votre avis