vendredi,15 octobre 2021
AccueilDerniers articlesLastourville: un avortement clandestin tourne au drame dans un bar

Lastourville: un avortement clandestin tourne au drame dans un bar

Ecouter cet article

Martine Nkodo Abenge, ressortissante camerounaise âgée de 15 ans, a été retrouvée morte dans un bar à Lastourville, chef-lieu du département de Mulundu dans la province de l’Ogooué-Lolo. Un décès qui serait dû à une injection faite par un infirmier auxiliaire dans le but de mettre un terme à la grossesse que portait la défunte, rapporte le quotidien L’Union dans sa livraison du jeudi 22 juillet 2021.

Selon les témoignages recueillis par le quotidien L’union, c’est à la suite d’une brouille entre Martine Nkodo Abenge et son petit ami à propos de sa grossesse, que la jeune adolescente aurait décidé d’y mettre un terme. Elle sollicite ainsi les services de Didier Lambert Koula, un infirmier de la localité. Ce dernier lui aurait prescrit des produits nécessaires à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) dans un bar à l’abri des regards indiscrets.

Ainsi, l’infirmier et l’adolescente se retrouvent au lieu indiqué. « La jeune fille serait arrivée avec les produits préalablement recommandés par l’infirmier. L’injection aurait été faite dans les toilettes du bar. Sauf que les choses se seraient compliquées vu que Martine Nkodo Abengue aurait trouvé la mort quelques instants après » rapporte le quotidien L’Union. Une version des faits livrée par des témoins de la scène qui auraient requis l’anonymat.

Alertés, les éléments de la brigade de la Gendarmerie ont procédé à l’interpellation de Didier Lambert Koula, l’infirmier. Ce dernier aurait été présenté devant le juge d’instruction du parquet de Koula-Moutou. Eu égard à la dangerosité de son acte, l’agent de santé encourt jusqu’à 5 ans d’emprisonnement au plus et d’une amende de 2.000.000 de francs au plus. À cela s’ajoute, la suspension, pendant 5 ans au moins, ou l’incapacité définitive de l’exercice de la profession peut en outre être prononcée contre les coupables, conformément à l’article 244 du Code pénal nouveau en ses alinéas 2 et 3. Nous y reviendrons !

Laissez votre commentaire

Andy Marvine Nzehttp://gabonmediatime.com
Fils de Lambaréné, passionné d'écriture et féru des réseaux sociaux, qui a à cœur d'informer sur l'actualité gabonaise et internationale. Avant j'étais chef de classe, maintenant je suis titulaire d'un Master en Sciences Politiques et relations internationales
Enami Shop