L’association «Armée des mots» lance le concours «Graine d’écrivains»

«Graine d’écrivains», un concours d'écriture ouvert aux collégiens et lycéens gabonais © D.R

L’association «Armée de mots», présidée par l’écrivain gabonais Peter Stephen Assaghle, organise, du 26 mars au 30 juin 2018, la première édition du concours «Graine d’écrivains», baptisée Robert Zotoumbat, du nom du premier écrivain gabonais. Ce concours, ouvert aux élèves, vise à susciter le goût de l’écriture, valoriser la créativité tout en promouvant la langue française.

A destination des élèves des collèges et des lycées du Gabon, autour du thème de «La trahison», sous deux genres littéraires, à savoir la poésie et la nouvelle, «Graine d’écrivains», se donne pour mission, à travers cette initiative, non seulement d’insuffler dores et déjà aux jeunots le goût de la littérature, mais aussi de révéler des talents.

Si les inscriptions sont gratuites, il n’en demeure pas moins que les participants devront nécessairement soumettre leurs textes à une charte graphique prédéfinie par les organisateurs. Le texte achevé, sous l’angle poésie ou nouvelle, sera par la suite envoyé à l’adresse mail concours.gde@gmail.com.

Les résultats des délibérations du comité de lecture, composé d’une pléthores d’acteurs du monde de la littérature gabonaise, ne seront connus que le 06 août 2018. Pour in fine, récompenser, au cours d’une cérémonie officielle qui se tiendra le 15 septembre de cette année, les 3 meilleurs textes par genre et par catégorie soit un total de 12 lauréats.

Des récompenses que les organisateurs dudit concours, attribueront équitablement à chaque catégorie et genres. Les premiers recevront la coquette somme de 100 000 Fcfa, accompagnées d’un ordinateur portable et d’un lot de livres. Les deuxièmes percevront 50 000 Fcfa, plus une tablette et un lot de livre. Les troisièmes bénéficiaires quant à eux  se verront attribuer une enveloppe de 30 000 Fcfa, un smartphone, ainsi qu’un lot de livres.

Les contours et les contraintes dudit concours ainsi définies, il ne nous reste plus qu’à souhaiter aux différents compétiteurs «bonne chance!».

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire