L’appel au dialogue et à la concertation de Flavien Enongoué

Flavien Enongoue © D.R

Ce lundi 22 octobre, l’ambassadeur du Gabon à Paris, Flavien Enongoué a fait publier une tribune afin de mettre en confiance les Gabonais de la diaspora française.  Il s’agit pour le représentant de Libreville à Paris, d’informer ses compatriotes de la situation politique actuelle qui est favorable à la concertation et au dialogue.

Alors que le second tour des élections législatives aura lieu le 27 octobre prochain, l’ambassadeur du Gabon en France a tenu à rassurer ses compatriotes sur la situation politique de leur pays. Dans son adresse qui sonne comme un appel au dialogue et à la concertation permanente au sein de la communauté gabonaise de France, le plénipotentiaire gabonais a estimé qu’il était temps de tourner une « nouvelle page de la vie politique ».

Il a exprimé sa satisfaction suite à l’organisation des élections législatives et locales.  « Ces élections ont été plusieurs fois reportées depuis bientôt deux ans. Et leur organisation contribue, à la suite du Dialogue politique d’Angondjé, courant 2017, à l’écriture d’une nouvelle page de la vie politique de notre pays, en même temps que se ferme, définitivement, la longue parenthèse des polémiques politiques nées de la crise postélectorale de 2016. », a-t-il expliqué

Flavien Enongoué a aussi apprécié les résultats du scrutin du 6 octobre 2018, qui ont conforté la majorité au parti démocratique gabonais. Tout en énonçant le fait que «ce que la majorité veut équivaut partout à la volonté commune», il invite donc ses compatriotes à la tempérance qui avait manqué au cours de la présidentielle du 27 août 2016. A ce propos, il a tenu à faire savoir les difficultés qu’il a rencontrées à sa prise de fonctions invitant les uns et les autres à se départir des postures partisanes et à oeuvrer « de concert à la sauvegarde et à la promotion des intérêts et de l’image du Gabon en France.».

Enfin, il a fustigé le comportement des récalcitrants politiques qu’il incite à faire preuve de citoyenneté et de participer au dialogue politique qui leur est toujours ouvert. «A ceux qui, minoritaires, s’y sont refusés jusqu’à ce jour, pour des raisons partisanes, je considère que les développements récents de notre vie politique nous donnent l’occasion d’amorcer un dialogue, de se concerter pour en sortir dignement, dans la sincérité qui engage les hommes et les femmes d’honneur », a-t-il conclu.

Laissez votre commentaire