Lancement des travaux de construction de 6 000 logements à Libreville

La signature de la convention de construction entre l’entreprise Housing Africa Management (HAM), filiale de la société sud-africaine Palace Group et le gouvernement gabonais par l’entremise du vice-Premier ministre, en charge du Logement, Bruno Ben Moubamba, vient de passer à sa phase effective. Cette convention porte sur la construction des logements sociaux d’Angondjé au nord de la capitale gabonaise.

Prévus d’étaler sur 36 mois cette cité située près du stade de l’Amitié sino-gabonaise sera construite en matériaux locaux et non avec des matières préfabriquées. Les travaux conduit par la société sud-africaine Palace Group visent à ériger des immeubles spacieux de quatre et trois étages disposant de pièces vastes et aérées.

Ainsi, logée dans la parcelle 4 de ce quartier, cette cité comprendra des parkings, des espaces de loisirs et de détente ainsi que l’éclairage public. Au cours de la cérémonie officielle de lancement des travaux Vice-premier Ministre, Ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat social et du Logement, Bruno Ben Moubamba a indiqué que «nous voulons, d’ici 2020, que les Gabonais soient bien logés dans l’harmonie avec l’Etat ; plus personne ne se permettra d’occuper anarchiquement un logement».

En outre, l’entreprise sud-africaine a également procédé au  démarrage officiel des travaux d’achèvement des voiries et réseaux divers ainsi que la réhabilitation de centaines d’habitations construites à Angondjé et Bikele.

«Nous allons aussi réhabiliter des maisons préfabriquées et construire des écoles, des cliniques, des postes de police dans ces cités et des barrières pour sécuriser des occupants», précise Mbuso Dlamini, président de Palace Group.

La construction de ces 6 000 nouveaux logements s’étendra à Okolassi et Essassa au sud de la capitale Libreville, et se fera sous le principe de la location-vente. «Il faudra au moment opportun que le demandeur entre en contact avec la société adjudicataire, le ministère de l’Habitat et les autorités locales des sites retenus pour devenir locataire avant d’être par la suite propriétaire», a précisé Bruno Ben Moubamba. 

Laissez votre avis