Lambarene: une nouvelle guerre froide au PDG en vue des législatives?

Richard Auguste Onouviet et Joël Ogouma © GMT

A l’approche de la tenue des prochaines élection législatives, l’atmosphère au sein des différents écuries politiques semble de plus en plus se crispée côté du Parti démocratique gabonais et plus particulièrement dans la commune de Lambaréné (Moyen-Ogooué), des tensions semblent une fois de plus perceptibles alors que le processus de désignation  des candidats au sein de cette formation politique n’est pas encore lancé.

S’achemine-t-on encore vers une guerre de tranchée au sein du «parti de masse» du côté de Lambaréné, après l’épisode tumultueux lors de l’élection du membre du Bureau politique, qui avait vu la victoire écrasante de Joël Ogouma? Une victoire qui s’était fait au détriment du désormais ancien président de l’Assemblée nationale, Richard Auguste Onouviet, causant des tires croisés entre partisans des deux personnalités.  

Le  directeur de cabinet adjoint du président de la République avait en ce temps, fait l’objet d’attaques répétées dans la presse, avec pour dessein non seulement de décrédibiliser le candidat élu; d’autre part, amener les hautes instances du parti à agir en usant de leur pouvoir discrétionnaire pour la réhabilitation de l’illustre battu au sein du Bureau Politique.

Selon des observateurs avisés de la vie politique, cette pression médiatique avait un double sens : d’une part, décrédibiliser le candidat élu ; d’autre part, amener les hautes instances du parti à agir en usant de leur pouvoir discrétionnaire pour la réhabilitation de l’illustre battu au sein du Bureau Politique. Avec l’investiture  de Joël Ogouma au fonctions de Membre du Bureau Politique, puis de Membre du Comité Permanent du Bureau Politique pour le compte de la commune de Lambaréné, dont la cérémonie avait été snober par Richard Auguste Onouviet, la situation semblait s’être tassée.

Mais alors que le climat était revenu à la normal, de nouvelles tensions sont depuis quelques jours encore perceptibles. S’appuyant sur certains médias locaux, le membre du Bureau politique est une fois de plus mise au banc des accusés, sans preuve apparente. Les règles de fonctionnement de cette formation politique indiquant que la victoire acquise par Joël Ogouma n’entraîne pas de facto l’investiture automatique pour les futures élections législatives, même si ce dernier à la faveur des pronostics, certains observateurs croient savoir que ces nouveaux tirs croisés ne sont pas fortuit.

Une situation qui suscite déjà des interrogations alors que la désignation des candidats au sein de cette formation politique n’est pas encore effective. Les populations de Lambaréné ont-elles vraiment besoin de tout ce spectacle et revivre les soubresauts de novembre 2017? A l’heure où l’opposition s’organise pour véritablement se positionner sur le terrain au regard des carences de l’offre politique dans certaines localités particulièrement à Lambaréné,  les militants du PDG ne devraient-ils pas travailler ensemble à la refonte de cette offre politique comme le souligne assez régulièrement le nouveau membre du bureau politique ? That is the question !

Laissez votre commentaire