Lambaréné : Un faux technicien de la SEEG mis hors d’état de nuire

L’usurpation de titre commence à prendre des proportions presque inquiétantes dans le pays au vu des affaires largement relayées ces derniers jours dans la presse locale. Le dernier fait en date se déroule à Lambaréné dans la province du Moyen-Ogooué, où un compatriote sans emploi, Boris Amvame, 41 ans s’affuble du titre d’agent de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), profitant de ce fait d’arnaquer des paisibles  citoyens, nous rapporte le quotidien L’Union.

Sa stratégie était presque bien huilée, en effet le présumé coupable proposait à ses victimes de trafiquer leurs compteurs d’électricité SEEG afin de minimiser la consommation en échange de paiement du service rendu. Le faux technicien de la SEEG promettait également aux abonnés dans le besoin de leur fournir des compteurs ou certaines pièces telles que des disjoncteurs, une fois l’argent encaissé, Boris s’évanouissait dans la nature.

«J’ai rencontré Amvame Boris sur le compteur de ma fille posé sur mon mur. Quand je lui ai demandé ce qu’il faisait là, il a répondu qu’il travaille à la SEEG et qu’il était en train de régler le compteur pour qu’il consomme moins. Intéréssé, je lui ai dit que moi aussi j’avais mon compteur au courant coupé et sans disjoncteur. Pour faire ce travail, il m’a demandé une somme de 15 000 Fcfa (…). Il est revenu me voir le lendemain pour me demander, cette fois-ci 70 000 Fcfa, afin qu’il me fournisse un compteur Edan neuf. Je lui ai remis une avance de 25 000 Fcfa. Depuis lors, il s’est volatilisé dans la nature»; témoigne l’une de ses victimes.

C’est donc après le dépôt d’une plainte à la sûreté urbaine du commissariat de police du deuxième arrondissement et après de courtes recherches que le délinquant sera mis hors d’état de nuire. Sitôt informées les victimes, qui étaient plusieurs, ont afflué au commissariat afin que justice soit rendue.

D’ailleurs lors de son interrogatoire, Boris Amvame passera aux aveux, avant de présenter ses excuses aux victimes et solliciter l’indulgence des policiers. Au terme de l’enquête préliminaire, le faux technicien a été présenté devant le procureur de la République auprès du tribunal de première instance de Lambaréné, qui n’a pas hésité à placer l’indélicat sous mandat de dépôt à la prison centrale pour le chef d’accusation d’escroquerie.

Laissez votre commentaire