Lambaréné: les grabataires de l’hopital Georges Rawiri privés de ration alimentaire !

Centre hospitalier régional Georges Rawiri de Lambaréné © D.R

Les malades internés au Centre hospitalier régional Georges Rawiri de Lambaréné sont privés depuis plusieurs jours de leur ration alimentaire. L’auteur de cette diète serait le directeur lui-même qui la justifie par la pénurie de Gaz Butane dans le chef lieu de la province du Moyen-Ogooué, rapporte notre confrère Le Mbandja.

Le Centre hospitalier régional de Lambaréné (CHRL) ne nourrit plus ses malades internés. Seuls ceux qui ont de la famille en mesure de leur apporter de la nourriture arrivent à avoir un ou deux repas par jour avec tous les risques que cela suppose. Selon les premières indiscrétions rapportées par notre confère, cette rupture de service émane d’une décision du directeur dudit centre hospitalier inauguré il y a tout juste 6 ans.

Interrogé par notre confrère Le Mbandja, un des responsables a expliqué que la non-fourniture de la ration alimentaire est due à la  pénurie de gaz que traverse la province du Moyen-Ogooué et singulièrement sa capitale Lambaréné. Alors comment comprendre que les villes éloignées à l’instar d’Oyem dans le grand Nord ne rencontrent pas ce problème alors que celles situées à une centaine de kilomètres seulement de la capitale Libreville manquent de gaz butane?

Si l’absence en gaz butane peut justifier cette cessation d’activité dans ce service, elle ne dédouane pas totalement les responsables de cette unité sanitaire qui ont en leur qualité de médecin, le devoir de nourrir les patients à qui ils octroient des traitements dont la plupart nécessitent une alimentation correcte.

Figurant parmi les dernières structures hospitalières livrées au Gabon, le Centre hospitalier Georges Rawiri ne devrait pas manquer de moyens roulants susceptibles de pallier cette pénurie de gaz butane qui expose des compatriotes grabataires à la mort. Surtout que le chef-lieu de la province du Moyen-Ogooué ne se trouve qu’à 1 heure 45 minutes de la capitale.

Laissez votre commentaire