Lambaréné: Il tire à bout portant sur son cousin

Willy Mondjo, le tireur à bout portant de Lambaréné © D.R

Le village Kangue, dans le département de l’Ogooué et des Lacs, dont Lambaréné est le chef lieu, a été le théâtre d’une nuit de frayeur, le 22 mars dernier. Willy Mondjo, un pêcheur âgé de 35 ans, a tiré sur son cousin, Henri-Joël Nzeng Bekale, âgé lui de 42 ans, suite à des échanges houleux qu’ils venaient d’avoir.

Le 22 mars, il est 23 heures lorsque Willy Mondjo rentre au domicile familial, dans lequel vit également son cousin Henri-Joël Nzeng Bekale. Comme à son habitude, Willy va tenir des propos injurieux à l’endroit de la famille d’Henri-Joël. «Il m’a réveillé pour me dire les mêmes choses. Je lui ai demandé ce qui se passait avec mes parents. Il m’a répondu tu vas voir tout de suite ce que je vais te faire», avait relaté la victime sur son lit d’hôpital.

Très vite, le ton va monter. Les cris de voix vont faire place aux coups de feu. Henri-Joël qui ne prenait pas les menaces de son cousin au sérieux, va comprendre que ce dernier ne plaisantait pas lorsqu’il reviendra, muni de son fusil, pour tirer sur lui à bout portant. «J’ai senti une douleur au niveau de ma hanche, poursuit-il. La balle est rentrée du côté gauche et est sortie du côté droit», confiait-il. Un souvenir douloureux qu’évoque la victime qui se retrouve confronté à un autre problème.

Si après son agression, des bonnes volontés ont porté Henri-Joël jusqu’au centre hospitalier Georges Rawiri de Lambaréné, ce dernier n’en est pas pour autant sorti d’affaire. Alors qu’il a réalisé des radios pour savoir s’il lui reste encore des balles dans le corps, Henri-Joël ne peut obtenir des résultats. Et pour cause, il n’a pas encore réglé sa facture auprès de l’établissement hospitalier. Son état a été stabilisé, mais sa blessure reste tellement douloureuse qu’il doute de pouvoir vivre avec cette douleur.

De son coté, Willy Mondjo, qui terrorisait le village avec son arme, selon le rapport de l’enquête préliminaire, va enfin rendre des compte à la justice. Car, après son forfait, il a été arrêté par la brigade nautique de Lambaréné, sur instruction du procureur de la ville, Christ-Noel Mangomo Mambili.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire