mercredi,28 juillet 2021
AccueilDerniers articlesLambaréné: il écope de 5 ans de prison pour avoir assassiné son...

Lambaréné: il écope de 5 ans de prison pour avoir assassiné son petit frère à l’aide d’un tournevis

Ecouter cet article

La Cour d’appel de Libreville siégeant en session criminelle foraine à Lambaréné vient de condamner Juste Gnoundou-Poba à la peine de 5 ans d’emprisonnement dont 2 avec sursis. Il lui est reproché d’avoir ôté la vie à son frère cadet en 2018 à l’aide d’un tournevis durant une rixe ayant éclaté pendant que leur géniteur était hospitalisé, rapporte L’Union.

L’affaire Ministère public contre Juste Gnoundou-Poba semble être une fausse réplique de l’allégorie Abel et Caïn. Deux frères de sang qui pris de colère ont laissé primer la haine sur l’amour qui devrait gouverner leur relation. Selon notre confrère L’Union, tout serait parti d’un malentendu entre le mis en cause et son cadet Hoirs Gnoundou-Diboumbi le 27 août 2018. Ce jour-là, au quartier Petit-Paris 3 dans le 2ème arrondissement de Lambaréné le petit frère aurait tenté d’agresser son aîné avec une bouteille cassée alors qu’il se rendait au Centre hospitalier régional Georges Rawiri (CHRGR) où leur père était hospitalisé.

En réaction à cette agression, Juste Gnoundou-Poba décide de se munir d’un tournevis qu’il enfonce dans la tête de son jeune frère. La violence du geste est telle que ce dernier succombe quelques heures après d’un traumatisme crânien ponctué d’une hémorragie. Informés, les Officiers de police judiciaire (OPJ) se mobilisent et parviennent à neutraliser le présumé meurtrier. Durant l’enquête préliminaire, le mis en cause reconnaît avoir agi sous le coup de la colère suite à l’agression dont il a été victime. Tout en reconnaissant les faits.

Appelé à la barre, Juste Gnoundou-Poba réitère sa version des faits. Lors de son réquisitoire, le ministère public représenté par Justin Chérubin Kouendi, procureur général a demandé que le prévenu soit jugé coupable et condamné à 5 ans de réclusion criminelle dont 2 avec sursis. En réaction, la défense assurée par Me Charles Henri Gey a plaidé la relaxe immédiate de son client pour absence d’éléments matériels. Il a été jugé coupable de coups mortels et condamné à 5 ans d’emprisonnement dont 2 avec sursis mais aux dépens. 

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )