La société civile s’engage aux côtés de l’ONEP

Vendredi 10 mars dernier, au siège de l’ONG Brainforest sis aux Charbonnages dans le 1er arrondissement de Libreville, les organisations de la société civile dite “libres” ont tenu un point de presse au cours duquel elles ont manifesté leur soutien à l’Organisation national des employés du pétrole.

C’est autour du Coordinateur national de Tournons la page, Marc Ona Essangui, que les organisations de la société civile dites “libres”, notamment, le Réseau des Organisations Libres de la société civile pour la bonne gouvernance (ROLBG), présidé par Georges Mpaga, la Plateforme nationale de la société civile (PNSC) de Georges Bruno Ngoussi ont manifesté leur soutien indéfectible à l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP), en présence Sylvain Mayabi Binet, son secrétaire général adjoint.

Prenant la parole en premier, Marc Ona Essangui a tenu à rappeler que les trois organisations de la société civile nationale réunies autour autour de l’ONEP au cours de ce point de presse reviennent d’un séjour à Port-Gentil, où elles «se sont entretenues au siège de l’Organisation nationale des employés du pétrole avec le directoire dudit syndicat» et que «cette rencontre avait pour objectif de soutenir l’Onep dans le conflit actuel qui l’oppose aux entreprises dites majors soutenues par les pouvoirs publics».

Dans la foulée, Georges Mpaga a réaffirmé son soutien à la lutte syndicale de l’Onep ainsi que celle des autres ONG présentes. «Le syndicat est un acteur démocratique» précise-t-il, ce qui est justement le cas pour l’Onep. Pour lui, il faut «démocratiser les forces de sécurité et de défense», qui sont des fonctionnaires de l’État et ne sont pas au service de la répression. En outre, il a estimé qu’il faut revoir leur formation. Fustigeant le comportement du Directeur général de Maurel & Prom, Georges Mpaga a précisé que ce dernier infligeait des «traitements colonialistes» aux travailleurs en ne respectant pas leurs droits.

Prenant la parole enfin, Sylvain Mayabi Binet, secrétaire général adjoint de l’Onep s’est exprimé à son tour pour «rappeler que la présence de l’Onep se justifie ici par la lecture de ce communiqué de soutien suite donc à la rencontre qui a eu lieu à Port-Gentil entre ces organisations non-gouvernementales et l’Onep sur la situation qui sévit dans le secteur pétrolier notamment à Maurel & Prom». Il a réaffirmé que ce mouvement syndical est déterminé à dénoncer tous les cas de pollution dans le secteur pétrolier mais aussi, les mauvaises conditions de travail et les mauvais traitement subis par les travailleurs dans ce secteur. Par ailleurs, il s’est indigné du fait que les revendications syndicales de l’Onep soient taxées de mouvement politique. En définitive, «l’Onep n’est pas un mouvement politique et reste ouvert à la négociation avec les pouvoirs publics». a-t-il conclu.

Laissez votre avis