La SMAG victime de la crise économique

Mettre la clé sous la porte ou licenciements pour motifs économiques, voilà le dilemme auquel de nombreuses entreprises gabonaises ont dû faire face. Mais les années noires semblent  ne pas être bien loin. Aujourd’hui, un des acteurs économiques les plus importants du pays, est principalement exposée aux conséquences de ladite crise.

Le lundi 11 décembre, Bruno Lardit, directeur générale de la Société Meunière et Avicole du Gabon (SMAG) a rencontré le premier Ministre, chef du gouvernement, Emmanuel Issoze Ngondet. C’est  au cours de leur entrevue que Bruno Lardit a fait part à son interlocuteur des problèmes que rencontrent l’entreprise dont il est à la tête.

Visiblement très endettée, le directeur général de la SMAG estime que la situation financière difficile dans laquelle se retrouve la structure dont il a la charge est principalement due au contexte économique peu stable que connaît le Gabon. Par ailleurs, Bruno Lardit regrette la perspective de l’arrêt de la subvention de l’État, qui viendra ajouter un poids supplémentaire à leurs difficultés.

Résultat, la SMAG a enregistré une baisse d’activité de 20 %, mais Bruno Lardit n’en est pas pour autant défaitiste, puisqu’il envisage des mesures de restructuration qui viseraient à améliorer le chiffre d’affaires de l’entreprise, tout en sauvegardant les emplois. Une mesure saluée par le Premier Ministre, chef du gouvernement Emmanuel Issoze Ngondet.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire