La SEEG et Patrick Eyogo rappelés à leurs obligations par la Présidence de la République

Faisant suite à la manifestation des consommateurs tenue hier mardi 13 février devant le siège de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), et sur instruction du Président de la République, le Directeur de cabinet, Brice Laccruche Alihanga, a échangé avec le Directeur général de cette entreprise, Antoine Boo et le ministre de l’Eau et de l’Énergie, Patrick Eyogo, ce jeudi 15 février 2018. Au menu de cette rencontre, la problématique des délestages et des coupures d’eau récurrents dans la capitale gabonaise.

La convocation du ministre Patrick Eyogo et du directeur général Antoine Boo intervient quelques jours seulement après la manifestation conduite par le président de l’organisation gabonaise des consommateurs, Ibrahim Sendje Mboulou au siège de la SEEG. Elle avait pour entre autres objectifs d’auditionner le responsable de la SEEG sur cette situation qui a une incidence majeure sur le quotidien des populations gabonaise en général et librevilloise en particulier.

La problématique d’accès à l’eau et à  l’électricité demeure un véritable noeud gordien pour les populations qui sont de plus en plus excédées au fil des années. C’est donc pour rappeler à ses  obligations la Société d’énergie et d’eau du Gabon, que le directeur du cabinet du président de la République a tenu à réaffirmer la nécessité de voir cette situation résolue le plus rapidement possible.

«La population est victime des coupures d’eau et d’électricité, et la responsabilité de cette situation incombe à la SEEG qui a des devoirs vis-à-vis des consommateurs en droit d’exiger un service de qualité. Pour l’heure, le compte n’y est pas», a martelé Brice Laccruche Alihanga.

Il a d’ailleurs relevé que les délestages enregistrés continuellement à Libreville et sur l’ensemble du territoire avaient des conséquences lourdes pour les ménages, qui «voient leur nourriture se gaspiller chaque jour faute d’une alimentation continue en énergie».

Rappelant l’engagement pris par le chef de l’Etat de faire de l’amélioration des conditions de vies des gabonais une priorité, il a exhorté la Seeg à revoir sa copie, estimant que cette entreprise ne devrait pas être en marge des actions réalisées par l’Etat  pour le bien être de ses concitoyens. «Le message que je porte, sur instruction du Président de la République, est clair. Il ne souffre d’aucune ambiguïté. Vous avez l’obligation de respecter vos engagements contractuels. Vous devez absolument trouver des solutions à ces problèmes qui minent le quotidien d’une bonne partie de la population», a-t-il lancé.

Par ailleurs, à l’endroit du ministre de l’Eau et de l’Energie, Patrick Eyogo, le message du Chef de l’Etat, porté par son Directeur de cabinet, a été «d’être ferme vis-à-vis du partenaire», instruisant celui-ci de prendre «les mesures idoines et concrètes pour garantir l’accès permanent à l’eau potable et à l’électricité pour les consommateurs».

Laissez votre commentaire