La révision constitutionnelle au coeur d’une conférence du Panel des inconnus

Des membres du panel © D.R

Au cours d’une conférence-débat organisée le 29 décembre 2017 dernier à Libreville, la plateforme citoyenne dénommée Le Panel des Inconnus a échangé sur des questions relatives aux réformes constitutionnelles au Gabon et plus particulièrement de la dernière en date, adoptée par le Conseil des ministres le 28 septembre 2017 soumise à l’examen et vote du parlement réuni en congrès.

Placée sous le thème «De la nécessité de révision de la constitution de la République au-delà du dialogue politique 2017», la rencontre citoyenne animée par Le Panel des Inconnus a vu la participation de jeunes leaders, responsables d’associations et d’ONG, étudiants et écrivains venus d’horizon divers.

Au rang des intervenants, le juriste et fondateur du site Que Dit La Loi, Harold Leckat, Théophane Nzame-Biyoghe; étudiant en droit et essayiste, et l’enseignant en droit Marcel Warrel Ella Ebane.

D’entrée de jeux le premier intervenant est parti de la constitution de 1991 à la version actuelle, mettant en exergue les différentes modifications qui, de façon générale, constituent un certain recul démocratique. Pour lui, celles-ci s’éloignent malheureusement de l’esprit de la loi fondamentale de 1991. Il a d’ailleurs fait constater que « la volonté du peuple n’est pas considérée et respectée par ses représentants dans les différentes chambres du parlement. Sinon, ils auraient limité les mandats présidentiels à deux et retirer le Président de la République comme président du conseil supérieur de la magistrature, pour ce citer que ces exemples.» Ces observations ont pour incidence, selon Harold Leckat, le fait que  «l’alternance ne soit pas une chose encore acceptée par nos responsables politiques», a fait remarquer le jeune juriste.

Théophane Nzame-Biyoghe, quant à lui, a fait un plaidoyer pour un retour à l’esprit de la constitution issue de la conférence nationale. Le conférencier a insisté par exemple sur la nécessité de limiter les mandats présidentiels et le renforcement de l’expression démocratique. Revenant sur la révision constitutionnelle adoptée récemment par l’assemblée nationale, il a relevé que celle-ci renforce dangereusement les pouvoirs du Chef de l’Etat et constitue une entrave aux principes démocratiques. «Au sortir d’une élection présidentielle controversée, marquée par des violences multiples et diverses, le renforcement du pouvoir du Président de la République est-il la meilleure solution pour désamorcer la crise ?» s’est-il interrogé, interpellant les citoyens sur la nécessité de s’exprimer pleinement sur les questions politiques.

Marcel Warrel Ella Ebane, le dernier intervenant, a fait la synthèse des différentes communications et interventions sans omettre de proposer quelques recommandations. A l’issue des échanges, une commission a été mise en place  afin de mener un plaidoyer auprès du parlement.

Pour rappel, le Panel des Inconnus est  une plate forme citoyenne qui regroupe des jeunes, sans distinction d’appartenance politique, ayant pour ambition de promouvoir la citoyenneté sur toutes ses formes à travers plusieurs activités comme les conférences débats, les œuvres sociales, etc. Son champ d’action touche des domaines multiples et variés tel que  le social, le sport, la politique, la culture.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire