La Nationale 1 coupée à la frontière des provinces de l’Estuaire et du Moyen-Ogooué

La Nationale 1 coupée à la frontière des provinces de l'Estuaire et du Moyen-Ogooué © D.R

Suite à pluie diluvienne qui s’est abattue sur cette partie du pays dans la nuit du samedi 12 au dimanche 13 mai 2018, cette bretelle du tronçon routier nationale n’a pas tenu. Un effondrement s’est produit à la la frontière des provinces de l’Estuaire et du Moyen-Ogooué, coupant ainsi la capitale Libreville du reste du pays.

C’est ce dimanche matin que les premiers voyageurs se sont heurtés à ce phénomène naturel. Juste à la frontière des province de l’Estuaire et du Moyen-Ogooué, non loin de la petite bourgade Bifoun, dans le déprtament de l’Abanga-Bigné, la voie est totalement affaissée, rendant impossible le passage des véhicules.

Cet effondrement de la Nationale 1 qui vient mettre à nue le manque d’entretien de ce tronçon routier qui est pourtant le plus stratégisue et l’un des plus fréquenté par les particuliers et les transporteurs de marchandises aura principalement pour effet, de couper la province de l’Estuaire du reste du pays perturbant ainsi l’approvisionnement de la capitale en denrées alimentaires, notamment celles en provenance des autres provinces, du Cameroun et du Congo. 

Pour rappel, ce n’est pas la première fois que ce type de catastrophe survient sur la nationale 1. En novembre dernier, une buse avait cédé au niveau de Nkoltang, dans la commune de Ntoum, à une trentaine de kilomètres de Libreville. Cet énième cas d’effondrement devrait interpeller le nouveau ministre en charge des Infrastructure, Christian Magnagna afin que des solutions pérennes soient définitivement trouvées.