La mise sous bon de caisse des agents de l’Etat réduite à la province de l’Estuaire

Ministère de la Fonction publique © D.R

Ce jeudi 12 juillet 2018, le ministre de la Fonction publique, de la modernisation du service public chargé de la réforme de l’Etat,  Ali Akbar Onanga Y’obegue, a dévoilé les détails de l’opération de mise sous bon de caisse annoncée des agents de l’Etat, au cours d’une conférence de presse qu’il a animé à son cabinet. Ainsi, cette opération dont le point de départ sera un recensement des fonctionnaires, ne concerne dans un premier temps que ceux exerçant dans la province de l’Estuaire soit 50 000 agents.

C’était l’une des mesures à la fois polémique et controversée prise par le gouvernement lors de son Conseil des ministres du 29 juin dernier. La mise sous bon de caisse des agents de l’Etat, qui avait par la suite été confirmée par Emmanuel Issoze Ngondet lors de sa rencontre avec les représentants du G20, vient de dévoiler ses détails.

Le gouvernement en déclinant les différentes phases de cette opération, a  tout d’abord indiqué qu’elle permettra à la fois «d’assainir le fichier des titulaires de la fonction publique», mais également «de mettre à la retraite les agents absents pour cause de maladie de longue durée». En plus de ces deux aspects l’opération permettra, selon Ali Akbar Onanga Y’obegue «de préparer les audits des fichiers solde et fonction publique».

Dans sa première phase, la mise sous bon de caisse ne concernera que les «agents publics exerçant dans la province de l’Estuaire» soit environ 50 000 fonctionnaires. Étant entendu qu’en sont exclus «les agents des forces de  défense et de sécurité et la sécurité pénitentiaire».

A noter que l’opération qui aura lieu sur la dizaine de site identifié, s’effectuera du 17 au 24 Juillet 2018 de 8h à 17h, chaque agent devant être muni de pièces justificatives (pièce d’identité valide, d’attestation de prise de service, attestation «spéciale» de présence au poste ). Cette procédure qui paraîtra bien lourde pour les agents concerné, serait «indispensable et impérative» selon le ministre de la Fonction publique.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire