La Malaisie veut s’inspirer du modèle de production d’huile de palme gabonais

Une usine d'Olam au Gabon © D.R

Les controverses entourant la production d’huile de palme, et les contraintes imposées aux producteurs qui en découlent, ont permis à un certain nombre de pays de se pencher sur le cas exceptionnel du Gabon en la matière. Ainsi, la Malaisie qui s’est vu sanctionnée par l’Union Européenne qui constitue son premier marché, a décidé de s’inspirer du modèle de gestion éco-responsable du Gabon en matière de production d’huile de palme.



L’exemple du Gabon en tant que pays producteur d’huile de palme fait des émules à travers le monde. Seul pays ayant su arrimer une production à l’échelle commerciale, tout en préservant les sols de tous dégâts liés à l’environnement comme l’a récemment souligné National Geographic, le Gabon et son partenaire Olam Palm, attisent les convoitises de pays d’Asie du Sud Est à l’instar de la Malaisie.

En effet, alors que ce pays d’Asie du Sud Est comme beaucoup d’autres, vient d’être catégorisé par l’UE comme un des producteurs d’huile de palme participant activement à la déforestation et encourageant des pratiques agricoles non durables, ses autorités souhaitent s’inspirer du modèle gabonais. Car, en établissant un plan national d’utilisation des sols, le Gabon a ouvert la voie à une production éco-responsable.

Recouvert à près de 80% de forêts, le Gabon a su trouver un juste milieu entre une production à l’échelle régionale, et la préservation de ce qui est un des poumons écologiques du monde. Preuve de cet effort constant, la coopération entre Olam et l’ANPN pourrait déboucher non seulement sur une gestion durable des forêts, mais aussi sur une diversification économique à moyen terme.

C’est donc conscients des efforts fournis par le Gabon dans ce domaine, que les Malaisiens qui considèrent que la culture du palmier à huile peut prospérer dans les jungles secondaires et les prairies, ont décidé de miser sur les méthodes gabonaises.

Laissez votre commentaire