La justice française accorde 3 semaines de sursis à la Présidence du Gabon pour sauver Télésud

Gabon Gabonmediatime Logo Télésud
Gabon Gabonmediatime Logo Télésud

L’avenir de la chaîne de télévision Télésud, produit par société Wiam s’écrira-t-il désormais en dents de scie? C’est ce qui semble se profiler au terme de l’audience qui s’est déroulée ce mercredi 16 octobre 2019 à 10 heures 30 minutes au tribunal de commerce de Paris, même si la chaîne a obtenu de la justice française 3 semaines de sursis. 

La descente aux enfers entamée il y a un peu plus d’un an se poursuit pour la chaîne panafricaine. Une situation financière qui s’était dégradée depuis le nonpaiement par l’Etat gabonais, avec qui elle était en contrat depuis 2011, d’une facture s’élevant mensuellement à 375 000 euros, soit plus de 240 millions de F CFA. 


C’est le 13 septembre 2011, que la société Wiam 3A Télésud et le directeur de cabinet du président de la République de l’époque Maixent Accrombessi Nkani, paraphait une convention de partenariat au nom et pour le compte du Gabon avec pour objectif « de faire connaître, l’image du Gabon émergent dans ses composantes de Gabon vert, Gabon industriel et Gabon des services ». Il faut relever que selon certaines indiscrétions, l’entreprise est contrôlée depuis le mois d’octobre 2010 par une société de droit luxembourgeois dénommée Artnelux, dont les actionnaires ne seraient autres qu’Ali Bongo Ondimba et Pascaline Mferrie Bongo Ondimba. 

Le contrat liant le Gabon à la société avait eu pour conséquence de mettre l’entreprise sous une forme de dépendance économique visàvis de l’Etat gabonais. Ainsi, les premières difficultés apparaîtront après le défaut du paiement de plusieurs factures émises par la société WIAM à l’ordre de l’Etat. Mise en état de cessation de paiement en fin d’anné 2017, la procédure sera provisoirement suspendue à la faveur des règlements intervenus entre les mois de décembre 2017 et mars 2018, qui représentaient le versement d’une partie des arriérés par l’État gabonais.

Sauf que depuis le 1er avril 2018 aucun autre règlement n’est intervenu. Ainsi, selon des documents confidentiels consultés par Gabon Media Time, la société WIAM 3A Télésud détient à l’heure actuelle une créance de plus de 4 millions d’euros soit près de 2 milliards 600 millions de Fcfa  sur la République du Gabon. 

La décision de mise en redressement judiciaire qui plane sur la société Wiam  3A Télésud devrait inéluctablement avoir une incidence sur le crédit et la réputation de l’Etat gabonais avec qui elle est en convention depuis 2011.  Une mauvaise publicité dont le pays peut encore se passer en versant la modique somme de 900 000 euros, soit environ 590 millions de FCFA pour éviter la cessation de paiement dont elle est victime l’entreprise, c’est à dire de l’impossibilité de faire face à son passif exigible avec son actif disponible. 

Laissez votre commentaire