La Jeunesse de l’opposition unie pour la résistance appelle à la décrispation

Joel Mapangou Mapangou, Coordonnateur  de la JOUR © GMT

C’est à la faveur d’une déclaration de presse rendue publique ce samedi 30 septembre 2017 à Ogooué-Lab sis au quartier Ancienne sobraga, que le mouvement de la Jeunesse de l’opposition unie pour la résistance (JOUR) a tenu à s’exprimer sur la résolution adoptée par le parlement européen le 14 septembre 2017 dernier sur la situation sociopolitique que traverse le Gabon depuis la fin de l’élection présidentielle du 27 août 2016.

En effet, c’est par la voix du coordonnateur  de ce mouvement regroupant les jeunes des partis de la Coalition pour la nouvelle République, Jöel Mapangou Mapangou, qu’ils ont édifié l’opinion sur leur position suite à la nouvelle résolution des eurodéputés. Ils ont de ce fait dresser un récapitulatif dudit texte qui selon eux, bien que «reconnaissant les irrégularités de l’élection présidentielle du 27 août 2016 au Gabon (…) semble prendre  acte de ce que Ali Bongo Ondimba est Président de fait de la République en fonction».

En outre, ils soulignent que  la résolution reconnaît également qu’il y a eu «des exactions du pouvoir établi sur les populations. Et cela a entraîné le pays dans un climat de crise profonde, bipolarisant ainsi le monde politique, et entravant le fonctionnement socio-économique comme jamais auparavant». Pour sortir de cette crise qui semble perdurer le mouvement rappelle que les eurodéputés ont indiqué plusieurs recommandations en vue d’établir «la vérité sur les exactions commises et garantir que les responsables de ces actes soient traduits en justice».

C’est dans cette optique de recherche de solution que le parlement de Strasbourg a condamné «d’une part la répression des autorités actuelles sur les opposants et les membres de la société civile. D’autre part, condamne l’appel à l’insurrection lancé par le Président Jean Ping».

C’est donc fort de ces observations que la Jeunesse de l’Opposition Unie pour Résistance a invité «la classe politique gabonaise sous l’égide de la Communauté Internationale à privilégier l’intérêt supérieur de la nation en générale, et de la Jeunesse gabonaise en particulier». Les jeunes de l’opposition regroupé dans ce mouvement estime qu’il est nécessaire de trouver «une issue pacifique à la profonde et pénible crise post-électorale que traverse le Gabon».

Laissez nous votre commentaires