La Fesyrefaa lève le blocus du Port d’Owendo après l’intervention de la Présidence

Brice Laccruche Alliangha, Dircab d'Ali Bongo Ondimba © GMT

Annoncé lors de la conférence de presse qu’ils ont animés le samedi 25 novembre 2017, la grève générale illimitée de la Fédération des syndicats des régies financières et administrations assimilées a conduit au blocus de l’entrée du port d’Owendo ce lundi 27 novembre. Une action qui a vite fait réagir le président de la République, qui a dépêché son directeur de cabinet, Brice Laccruche Alliangha, qui est allé s’enquérir de la situation.

En effet, le week-end écoulé le bureau de la Fesyrefaa, excédé par le peu d’entrain du gouvernement à trouver des solutions à leurs revendications, a lancé un mot d’ordre de grève générale illimitée et a interpellé le Chef de l’Etat, Ali Bongo, afin qu’il intervienne dans la crise qui secoue les régies financières.

Quelques heures seulement après avoir barricadé l’unique accès au Port d’Owendo, principale porte d’entrée et de sortie des marchandises de notre pays, paralysant ainsi l’activité économique nationale, le Président de la République a instruit son Directeur de Cabinet à rendre sur les lieux pour s’enquérir de la situation.

Brice Laccruche Alliangha, une fois sur lieux, a délivré un message d’apaisement à l’endroit des grévistes afin d’éviter une paralysie de l’économie dont le port constitue un élément essentiel. «Le message est très simple, nous allons devoir revoir tout notre système de rémunération pour mettre plus de variabilité, plus de prime à la collecte des recettes. Comme par le passé nous avions des systèmes assez performant nous allons étudier comment faire la liaison entre l’ancien système et le nouveau pour que cela soit plus transparent»; a indiqué le Directeur de Cabinet d’Ali Bongo Ondimba.

Par ailleurs, il a exhorté les agents grévistes à la responsabilité, soulignant que la nécessité pour ces derniers de mettre un peu d’eau dans leur vin afin de permettre un retour à la sérénité. «Les recettes ont baissés on ne peut pas s’attendre a avoir les mêmes montant qu’il y a quelques années, il faut que nous tous soyons responsable»; a t-il déclaré.  

Au terme des échanges, le blocage du port a été levé et les différentes parties ont convenu de poursuivre les discussions dans un nouvel esprit.

Laissez votre commentaire