La Fédération des étudiants gabonais de France sur les fonts baptismaux

Quelques membres de la Fegaf © D.R

A l’issue d’une assemblée générale qui s’est déroulée le samedi 24 mars 2018, un collectif d’étudiants gabonais, comprenant des boursiers et non boursiers, a décidé de la création de la Fédération des étudiants gabonais de France (FEGAF). Celle-ci vise à fédérer l’ensemble des étudiants gabonais sur les valeurs d’unité et d’entraide.

Il était temps, selon les dires des concernés, de se réunir, de rassembler la communauté gabonaise de France autour d’un idéal commun. C’est donc dans le but de défendre les intérêts d’une communauté assez dispersée que la Fegaf a vu le jour, au terme d’une assemblée générale à laquelle participaient des étudiants venus de plusieurs villes de France, notamment de Marseille, de Lyon, de Toulon, de Strasbourg et ceux de Paris et d’Iles de France.

L’objectif que se fixe cette nouvelle association estudiantine de la diaspora gabonaise de France, apolitique et à but non lucratif, est de fédérer sur les valeurs leur communauté autour de valeurs telles que l’entraide, l’échange d’expériences entre étudiants, organisation d’événements culturels et scientifiques et bien d’autres.

La fédération ambitionne également d’être le partenaire de premier plan de l’Agence nationale des bourses et stages (ANBG), de Campus France et de l’ambassade du Gabon en France. Elle vise à oeuvrer pour la défense des intérêts des étudiants qui subissent des suppressions arbitraires de bourses, les refus d’octroi de bourses pour ceux parmies eux qui en sont méritants, apporter une aide aux nouveaux étudiants lors de leur arrivée en France, notamment des logements temporaires et des orientations.

Toutefois, les étudiants gabonais, au cours de cette assemblée générale ont également pu se prononcer sur le choix des dirigeants de la Fegaf. C’est donc à l’issue d’une élection libre et transparente que Kombila Yebe Mariole, doctorant en histoire à l’université Paris Sorbonne, a été désigné président.

Selon les statistiques des étudiants, la France compte 967 boursiers et 120 non-boursiers, ces derniers réunis au sein de cette nouvelle structure associative envisagent d’ores et déjà dès l’été prochain organiser les premières «journées de l’étudiant gabonais de France».

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire