samedi,27 novembre 2021
AccueilA La UneLa FAO inquiète du risque de crise d’approvisionnement alimentaire mondiale

La FAO inquiète du risque de crise d’approvisionnement alimentaire mondiale

Ecouter cet article

Alors qu’elle a déjà bouleversé la structure de l’économie mondiale, obligeant les pays du G20 à injecter pas moins de 5000 milliards de dollars pour la redynamiser, la pandémie de Covid-19 suscite désormais la crainte d’une crise alimentaire. L’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation, la FAO, vient de faire part de ses inquiétudes en ce qui concerne l’inflation alimentaire mondiale qui pourrait découler des achats de panique de produits de base. 

« La dernière chose dont nous avons besoin, ce sont des achats de panique de la part de gros importateurs, meuniers ou gouvernements. Ils créeraient une crise alimentaire ». Ces mots de Abdolreza Abbassian, l’économiste de la FAO soulignent les nombreuses craintes que soulève le vent de panique, issue des nombreuses incertitudes qui entourent la pandémie de Covid-19. Alors qu’elle a déjà eu un impact considérable sur l’économie, cette pandémie pourrait désormais s’attaquer de manière insidieuse au segment alimentaire.

En effet prévient la FAO, le Covid-19 pourrait entraîner une inflation alimentaire mondiale si les « achats de panique de produits de base prennent de l’ampleur ». Or, à l’heure du confinement notamment dans les pays occidentaux, ce type d’achats devient la norme pour des populations qui n’ont aucune certitude concernant cette crise partie de Chine il y a un peu moins de trois mois. Ainsi, la peur du manque, entraîne des comportements souvent irrationnels.

Cette situation exceptionnelle en tout point de vue, étant donné que les stocks mondiaux actuels de céréales sont les troisièmes plus gros stocks depuis vingt ans, pourrait donc « mener à une crise d’approvisionnement alimentaire mondiale » prévient une fois encore Abdolreza Abbassian. Par ailleurs, l’explosion de la demande chinoise en blé, maïs et soja qui du reste a fait gagner 7,5% au prix du blé, pourrait aggraver les problèmes logistiques actuels en plus du risque alimentaire, ce qui pourrait avoir des effets néfastes.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttps://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Enami Shop