La dette publique augmente (encore)

© D.R

Déjà empêtré dans un engrenage de dette qu’il a du mal à rembourser, l’Etat gabonais s’est encore octroyé le droit de recourir à différents emprunts à différents niveaux, ce qui a eu pour conséquence d’augmenter la dette publique d’environ 27%.

En constante progression, la dette intérieure du Gabon a encore atteint des sommets au cours des neuf premiers mois de l’année écoulée, avec une hausse d’un peu plus de 156% en raison notamment de l’accélération des créances dues aux banques et de l’accroissement des moratoires.

La dette extérieure pour sa part affiche une hausse de 10,6% que l’on peut qualifier de légère vu le contexte, et ce en raison notamment des différents engagements auprès des bailleurs de fonds multilatéraux, commerciaux et des marchés financiers (sous régionaux).

Au cours des trois premiers trimestres, le gouvernement a mobilisé plus de 1322 milliards de francs sur les marchés financiers, 541 milliards de francs auprès des créanciers multilatéraux et 685 milliards de francs auprès des créanciers bilatéraux, en plus d’avoir contracté une dette commerciale de 642 milliards de francs sur la période, pour afficher un encours de 4153 milliards  de francs, contre 3264 milliards de francs un an auparavant.

En somme si on en croit les autorités en charge du portefeuille de la dette, celle-ci est composée de 76,9% de la dette extérieure, et de 23,1% de dette intérieure, soit respectivement 3195 milliards de francs et 957 milliards de francs. Seul point positif, la diminution de la dette extérieure passant de 88,6% à 76,9%, même si c’est à relativiser vu les montants encourus.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire