La coronarographie effective au Gabon

Dans le cadre de l’amélioration des prestations de santé au Gabon  le centre hospitalier de Universitaire de Libreville (CHUL) a procédé au démarrage de la coronarographie ce mardi 12 décembre 2017. Cet événement qui se déroulera sur 3 jours alliant phase théorique et pratique est organisée en partenariat avec la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS).



Cette technique médicale innovante permet de déceler des lésions et les artères bouchées dans l’organisme qui sont souvent à l’origine des arrêts cardiaques.  Pour rendre effective cette méthode encore inexistante en afrique centrale, la CNAMGS, qui est un partenaire majeur en ce qui concerne l’amélioration de l’offre de soins, a pré financé l’achat du matériel permettant de pratiquer cette technique d’imagerie médicale dédiée à la visualisation des artères coronaires.

Ainsi, le processus d’acquisition de cette compétence médicale a démarré ce mardi 12 décembre avec une conférence sous forme d’un cours magistral sur la prise en charge de la maladie coronaire et indication de la coronarographie qui a été animé par le Professeur Kane Abdoul de l’université de Dakar.

Par ailleurs, les premières coronarographies se feront le Samedi 16 et le dimanche 17 décembre 2017 sur des  patients sélectionnés par les cardiologues du CHUL avec la participation des professeurs Lafont et Soldo de l’hôpital Européen Georges Pompidou de Paris.

Le directeur du CHUL, Dr Eric Baye, n’a d’ailleurs pas manqué de se féliciter  du lancement de cette technologie. «C’est un examen qui précise mieux les lésions, voire les artères bouchées. Mais c’est surtout un examen pour le traitement. Puisque à partir du moment où on a identifié les artères bouchées, on peut mettre un petit ballon avec un ressort qu’on appelle le Stand, pour ouvrir l’artère et permettre au sang de circuler. Ce qui permet au patient d’avoir une vie sauvée et une activité régulière normale»; a expliqué le professeur Kane.

Pour information, la coronarographie consiste à aller visualiser les artères du coeur en montant des sondes (cathéters) afin de diagnostiquer leur obstruction. C’est une méthode diagnostique complexe et risquée qui requiert une expertise avérée et un équipement de très haute technologie. Il s’agit d’une prouesse technologique jamais réalisée en Afrique centrale.

Laissez votre commentaire