La Conasysed menace d’entrer en grève

Louis Patrick Mombo, membre du bureau exécutif de la Conasysed © GMT

En prélude à la rentrée scolaire, la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed) a animé un point de presse ce samedi 30 septembre 2017 au siège de Dynamique unitaire sis à Awendjé dans le 4ème arrondissement de Libreville. Au menu de cette communication devant les hommes des médias, la situation de crise que traverse le système éducatif gabonais qui peine à être résolu par le gouvernement depuis plusieurs années, causant des perturbations à chaque rentrée scolaire.

En effet, dans cette declaration lu par le délégué national administratif de la Conasysed, Louis Patrick Mombo, l’organisation note qu’alors que l’année scolaire s’ouvrira ce lundi 2 octobre, des risques de perturbations planent déjà. Pour cause, «les nombreux problèmes qui minent le système éducatif depuis plusieurs décennies demeurent toujours sans solution».

Même si la centrale syndicale reconnaît que les premières mesures prisent par le nouveau ministre de l’Education nationale, Patricia Anguile ep. Obame peuvent être saluées, notamment «l’abrogation de l’arrêté n° 000099/MENEC/CAB portant modification des horaires des enseignants et des coefficients dans le premier cycle de l’enseignement général et la non prise en compte des décisions disciplinaires prises à l’encontre des enseignants membres de la Conasysed», il note que celles-ci ne suffisent pas à garantir une année scolaire apaisée.

Comme points de revendications qui restent jusqu’à lors insatisfait, la non construction de nouvelles salles de classe pour résorber le problème d’effectif pléthorique; la non organisation du concour interne d’entrée à l’Ecole normal des instituteurs (ENI) et l’Ecole normal supérieure (ENS); le non paiement des cas d’omission de la P.I.F.E; le non paiement des rappels soldes, en attente depuis 2014; la réhabilitation de la Conasysed et bien d’autres revendications qui restent toujours insatisfait.

Autant de griefs qui selon la Convention nationale des syndicats du secteur éducation devraient être prise en compte pour permettre un apaisement dans le secteur éducation. En outre, Concernant la trêve sociale sollicitée par le gouvernement de Emmanuel Issoze Ngondet, l’organisation syndicale a martelé qu’elle «n’est pas prête à signer une quelconque trêve sociale qui va brader les intérêts des enseignants».

«Fort de tout ce qui précède, et en cas de non satisfaction des préoccupations (…) la Conasysed se réserve le droit de convoquer, à tout moment, une grande Assemblée générale décisionnelle pour une éventuelle entrée en grève»; a martelé Louis Patrick Mombo.   

Laissez votre commentaire