La Conasysed appelle les enseignants à sortir des salles de classe pour une grève générale

Conasysed en assemblée générale © D.R

Le climat social qui prévaut actuellement dans le pays risque une fois de plus de s’enliser dans les tout prochains jours notamment dans le secteur de l’éducation. Pour cause, la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed) vient, par le biais d’un communiqué rendu public ce mercredi 11 avril 2018, d’appeler à une grève générale illimitée sur l’ensemble du territoire nationale.

Cette sortie musclée de l’organisation syndicale fait suite à l’interpellation par les forces de sécurité le 3 Avril 2018 dernier, des enseignants du primaire et du secondaire promotion ENS, ENSET, ENI, ENAM 2013, 2014, 2015 et 2016, qui revendiquaient la régularisation de leurs situations administratives et le versement de leurs salaires.

Dans son communiqué la Conasysed dénonce entre autre, «la situation de précarisation et de déshumanisation» dans laquelle le gouvernement plonge cette corporation depuis plusieurs années. Une attitude inacceptable qui selon elle est en totale violation de plusieurs textes légaux et réglementaires, notamment la convention n°95 de l’Organisation internationale du Travail (OIT) sur la protection du salaire en son article 6  et la loi 001/2005 du 4 février 2005, portant statut général de la Fonction Publique entre autres.

«Nous avons raison de revendiquer le versement de vos salaires, car vous n’avez été nullement formés pour être des bénévoles à défaut des esclaves», ont-ils lancé à l’endroit des enseignants. Estimant par la suite que c’est par la grève qu’ils obtiendront le respect de leurs droits et par la même occasion le versement de leurs salaires.

«C’est pourquoi, en situation d’attente de salaires, d’attribution de postes budgétaires, sortez des salles de classes, fermez les, mobilisons nous, lancez-vous dans la grève comme les autres agents publics de l’Etat, qui le sont dans le cadre de Dynamique unitaire dont la Conasysed est membre», ont-ils martelé.

Laissez votre commentaire