La BGD pourrait se muer en banque d’investissement public

Confronté à des difficultés financières et des insuffisances de gestion depuis plusieurs années, la Banque gabonaise de développement (BGD) avait été mise sous administration provisoire depuis le 15 mai 2017 par la Commission bancaire d’Afrique centrale (COBAC). Pour sortir de cette situation le gouvernement envisagerait de transformer cet établissement financier en banque d’investissement public.

Pour le ministre de l’Economie Régis Immongault, cette mutation obéit au  plan de restructuration du secteur bancaire public prévu par le gouvernement. Des discussions sont actuellement en cours pour l’intégration d’autres partenaires bancaires, a-t-il annoncé.

Il a reconnu concernant la gestion de la BGD que celle-ci n’a jamais été à la hauteur des enjeux, ceci expliquant «en partie les difficultés auxquelles la Banque a toujours fait face. On peut citer à titre d’exemple, une incapacité historique à s’adapter à l’évolution du marché et à celle de l’industrie des activités bancaires et financières, d’une part, et des choix d’investissements et de développement des activités coûteux et fortement consommateurs de ressources et de rentabilité, contribuant ainsi à fragiliser encore plus la banque. C’est, en particulier, le cas pour la création de filiales, d’autre part».

Régis Immongault a en outre relevé que «les organes de gouvernance et plus précisément le Conseil d’administration n’ont pas toujours joué leurs rôles d’encadrement de la Direction générale. Au fur et à mesure, des dérapages sont donc apparus». Ainsi, face à ce constat il est nécessaire d’apporter des solutions viable pour redonner un nouveau souffle à cet établissement bancaire.

Laissez votre avis