La BGD placée sous administration provisoire par la COBAC

Siège social de la Banque gabonaise de développement © D.R

Confrontée à des graves difficultés financières et de gestion depuis plusieurs mois, la Banque gabonaise de développement (BGD) a été placée sous administration provisoire par la COBAC. Cette décision est motivée non seulement par les nombreuses infractions dont s’est rendue coupable l’établissement bancaire, mais aussi par l’incapacité de ses administrateurs à proposer un plan de restructuration.

GABON LIBREVILLE

C’est dans une décision D-2017/096/ datée du 20 mars dernier, que  l’organe de supervision de l’ensemble des établissements de crédit de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) a décidé de la mise sous administration provisoire de la Banque gabonaise de développement (BGD). Cette décision fait suite aux nombreuses injonctions adressées depuis 2015 à l’établissement bancaire.

En effet, dans la décision signée du président de la Commission bancaire, Abbas Mahamat Tolli, plusieurs griefs sont imputés à la banque, notamment «la persistance des infractions et le non respect des recommandation ainsi que des injonctions de la commission bancaire», qui selon cette dernière résulte de la «paralysie de l’organe délibérante de la BGD». Elle souligne également que cette situation avait favorisé «des indicateurs d’activité et de performance» négatifs, dépréciant  ainsi la rentabilité de l’établissement.

En outre, le gendarme du marché financier d’Afrique centrale, indique que son jugement est consécutif à la situation financière et prudentielle inquiétante  de la BGD, mais aussi «de l’incapacité de la direction générale à produire un plan de restructuration cohérent et crédible susceptible de redresser cet établissement de crédit».

De ce fait, au vue de toute ces récriminations  la Commission bancaire de l’Afrique centrale a donc décidé que «la Banque gabonaise de développement est placée sous administration provisoire».

Laissez votre commentaire