samedi,19 septembre 2020
Accueil A La Une La BEAC craint à son tour une dévaluation du FCFA

La BEAC craint à son tour une dévaluation du FCFA

Engluée dans une crise dont elle se serait bien passée au regard de ses positions lourdement affaiblies par la crise pétrolière de 2014, l’Afrique centrale est aujourd’hui dans l’oeil du cyclone. Et pour cause, son unité monétaire le FCFA, déjà vacillante depuis quelques années, est plus que jamais menacée par la crise économique née de la pandémie de Covid-19 et risque une dévaluation comme le craint la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac). 

Déjà fragilisée par la baisse drastique des prix de l’or noir intervenue dès 2014 et qui avait entraîné une baisse sans précédent de ses réserves extérieures, l’Afrique centrale dans sa partie la plus riche en produits de base avait dû se résoudre fin 2016 à un ajustement budgétaire sous l’assistance du Fonds monétaire international (FMI). Traduit par une multitude de Mécanismes élargis de crédit (MEDC), cet ajustement n’aura finalement servi avec du recul, qu’à surendetter des pays déjà bien mal embarqués. 

En effet, quatre ans après la mise en oeuvre de ces MEDC comme ce fut le cas au Gabon notamment, très peu de résultats sont visibles, la situation financière étant toujours autant délétère. Seul fait saillant, la hausse inconsidérée de l’encours de la dette publique. Or, dans la plupart de ces pays, mauvaise gouvernance, gestion scabreuse, corruption et dérapages budgétaires font craindre le pire.

A l’heure où l’économie mondiale devrait connaître une récession et perdre jusqu’à 12000 milliards de dollars cette année, chaque pays devra jouer des coudes pour préserver son tissu socio-économique. Si l’on y ajoute les prévisions pessimistes en termes d’emplois, d’investissements, et de fuites de capitaux, l’Afrique dans sa globalité devrait fortement accuser le coup et surtout ne compter, QUE sur ellemême. 

Et la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) dans tout ça? Elle est aujourd’hui au bord du gouffre, asphyxiée, comme en témoigne la récession et la chute à -15% du PIB pétrolier annoncée par le rapport de la BEAC. SI l’on y ajoute une dégradation des déficits budgétaire et courant respectivement à 6,6 et 8,6%, la sous-région Afrique centrale paie aujourd’hui le lourd tribut de sa mauvaise politique budgétaire.

Cette somme d’éléments couplée aux plaidoyers des ministres des finances de la zone pour une « annulation massive » de leurs dettes mais aussi à « un fort recul des réserves autour de 2 mois d’importations des biens et services, voire en deçà » comme le souligne la BEAC, fait aujourd’hui, plus que jamais, craindre une dévaluation du FCFA Afrique centrale. Seule issue, qui n’en est pas vraiment une, les prêts concessionnels notamment ceux des institutions de Brettons Woods. Un véritable casse tête.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Street 103 Gabon Gmt